Lecture en cours
Musique : les 20 à suivre en 2020

Musique : les 20 à suivre en 2020

Puisque les Victoires de la Musique sont plus que jamais sourdes et aveugles à ce qui se passe de neuf dans ce pays, rendons un vrai hommage à celles et ceux qui font bouger le son en France.

Cette année dans le top, la rédaction de Manifesto XXI a choisi 15 talents nationaux, et 5 pépites repérées à l’étranger. Voici les 20 qui seront inévitablement en tête de nos charts les mois prochains.

Ascendant Vierge

Mathilde Fernandez et Paul Seul. Crossover beaucoup trop excitant pour ne pas le suivre avec la plus grande attention : la chanteuse lyriciste et le membre de Casual Gabberz nous ont déjà offert deux morceaux, « Influenceur » et « Faire et Refaire », au compte-gouttes. Un projet complet sortira cette année, aucun doute sur l’onde de choc qu’il va provoquer.
R.G.

Meryl

Elle a déjà fait ses preuves sous la casquette de toplineuse et compositrice pour SCH ou encore Niska : l’année 2020 sera celle du sacre de Meryl. Avec une première mixtape prévue pour ce début d’année, cette artiste a tout pour se faire une place parmi les rappeuses les plus populaires, quelque part entre Shay et Aya Nakamura.
R.G.

Teleraptor

L’univers visuel mi-kawai mi-gore et les échos de leurs live épileptiques teasaient déjà depuis un moment. Texto Dallas et Toïyo ont dévoilé leur morceau « Ichibang » il y a deux mois. Leur premier EP Bestiality vient de sortir et bluffe toute la sphère indé. En déconstruisant les styles du rap, du gabber et de l’eurodance, on ne demande qu’à retrouver cette énergie sur les scènes de festival cet été.
R.G.

Nola Cherri

Avec son discret premier EP These Associations sorti en 2019, la chanteuse Nola Cherri amène une couleur soul un peu old school et cosy dans le paysage musical français. Ascension d’une douce férocité à venir, à mesure que sa voix suave se fera connaître.
R.G.

Sunn Boo

Discret depuis quelques années, c’est sur le label Doum Records – fondé par la productrice Esther – que Sunn Boo s’apprête à revenir plus fort, à un moment où la bass music hexagonale s’impose. Entre IDM, breakbeat et bass, un premier extrait est sorti sur bandcamp et nous fait déjà saliver.
R.G.

Murman Tsuladze

Murman Tsuladze nous a fait patienter. Depuis octobre 2018 pour être plus précis.e. Sur des rythmes furieusement dansants, la petite scène du Consulat, à Paris, s’était élancée, entre transe et inconscience. Depuis, Murman Tsuladze a énormément tourné et c’est dans cette attente lancinante qu’ils s’apprêtent (enfin) à lâcher un premier EP cette année. À courir voir en live.
G.F.

Lulu Van Trapp

Après deux ans à sillonner l’Hexagone avec des compositions naviguant entre surf music, soul, néo psyché ou dream pop à la française, acide et sensuelle, Lulu Van Trapp est désormais fin prêt à rayonner sur cette décennie balbutiante. Ces quatre louftingues du rock indé, dont chaque show relève de la performance artistique tant l’expérience est immersive, tourneront partout en France au printemps, en attendant la sortie de leur premier album qui doit paraître après la saison estivale.
M.A.

u.r.trax

Elle est sans conteste la prochaine étoile de la techno française. En moins d’un an, u.r.trax aka Ines dans la vraie vie, s’est déjà fait une place à part dans le milieu. À la rentrée 2019, elle intégrait le collectif Subtyl, première étape d’une série de belles dates, notamment la Boiler Room Possession. u.r.trax annoncera bientôt du lourd pour 2020, et nul doute qu’on la retrouvera sur les meilleurs line-up aux quatre coins de la France, et ailleurs.
A.B.

Nyokô Bokbaë

L’été dernier à Loud&Proud et au Coconut Festival, nous avons fait la connaissance du dernier projet made in Boukan Records : avec leur dégaine unique et leur bonne humeur communicative, William (aka Bamao Yendé), Mag et Dourane ont tous les atouts pour devenir les idoles de jeunes de 2020. Sur scène, le trio a une présence solaire, aussi feel-good que captivante. Les prods sont irrésistiblement chaloupées, on est vite séduit par la poésie naïve de leur textes. Un EP se fait languir.
A.B.

LAAKE 

Lorsque nous l’avons rencontré en 2017 pour son premier EP Piaano, LAAKE nous avait déjà confié l’envie d’écrire un album orchestral. En 2020, il faudra donc compter avec O, son premier album enregistré comme promis, avec un quatuor à corde et un quatuor à cuivre. Une ampleur instrumentale épique et romantique qui place LAAKE en digne (techno) héritier de Woodkid et Workals. Sortie le 27 mars (Mercury).
A.B.

Sacrifice Seul

Dark et DIY sur vieilles machines : avec cette formule magique, Charlie Aubry aka Sacrifice Seul avait tout pour nous charmer. Artisan d’une techno garage, son EP Live at Aubervilliers est une trance non conforme et envoûtante. Bref, cet heureux élu du programme de l’UE SHAPE Plateform (comme Moesha13) nous a mis en alerte. Un EP studio arrivera en 2020 sur Grande Rousse Disques.
A.B.

Moesha13

Après avoir retourné la chaufferie de la Machine du Moulin Rouge lors de la soirée WET for Manifesto XXI fin 2019, Moesha13 a confirmé qu’elle avait tout d’une grande. En délivrant également dernièrement une Boiler Room des plus stimulantes, il semble évident que les bookers s’arracheront (et s’arrachent déjà) la DJ/productrice dans les prochains mois. Oscillant entre techno, baile funk, trap ou encore frapcore, les performances Moesha13 font partie de ces DJ sets « Kinder Surprise » : on ne sait jamais ce qu’on va y trouver, mais c’est toujours bon.
R.G.

Jäde

Sur une trap léchée et sensuelle, Jäde taille ses lyrics comme de petits bijoux, sertis de sous-entendus et d’allusions mâtines. Après un premier EP très soul lâché sur internet en 2018, elle a sorti son premier single/clip en novembre dernier (ci-dessous). Esthétique vintage dans l’air du temps et prods de qualité, pour nous servir de la romance, du sexe et du plaisir féminin tout en finesse : avec un EP à venir cette année, il ne faudra pas bien longtemps avant que la digne descendante de Lala &ce explose les streams 2020.
S.D.

Amor Satyr

Trois EP en à peine un an. Une productivité digne d’un Jul, dont il partage les origines marseillaises — et à qui il rend souvent hommage dans ses sets matinaux les plus fous (coucou le closing interminable du festival Milieux). Nouveau talent de la favela-trap française, proche de Boukan Records et des Big Brothers, « Amor Sat’ » a déjà écumé toutes les scènes underground en vogue de l’année passée. 2020 pourrait être celle de l’adoubement du DJ/producteur, qui semble n’avoir pas de limites dans la multiplication des collabs et des projets. Pour le plus grand bonheur de celles et ceux qui aiment suer sur le dancefloor. Quand Amor Satyr, ça tire à mort. (On l’avait déjà faite ?)
S.D.

Voir Aussi
Manifesto 21 - Wallop

Fils Cara

Nouveau poulain du label Microqlima, Fils Cara vient de débuter l’année sur les chapeaux de roues avec son premier Volume. Avec une voix tiraillée entre la chanson et le rap, le sensible et le mystique, son univers a toute la cohérence et la force des projets prometteurs. L’aventure n’est pas prête de s’arrêter pour lui cette année.
R.G.

Shygirl

Pur produit du sud-est londonien, chaque track que lâche Shygirl depuis son EP Cruel Practice en 2018 est une bombe grime/drill aux beats club énervés. Membre du collectif NUXXE qu’elle a co-créé avec Sega Bodega et Coucou Chloé outre-Manche, elle affiche déjà sold-out pour son premier concert solo à Londres en mars 2020.
S.D.

Lous and the Yakuza

Elle a déboulé il y a à peine quatre mois, mais à 23 ans Lous la guerrière n’a vraiment plus de temps à perdre. Déjà saluée pour sa création aux Transmusicales, la chanteuse belge aux mille et unes vies et blessures a bien l’intention de marquer 2020 de son nom avec la publication de son premier album Gore. Peintre à ses heures perdues, on prend les paris que Lous sera la star de l’année.
A.B.

Sherelle 

Il y a presque un an déjà, Sherelle apparaissait dans le radar avec une Boiler Room explosive. Nouvelle tête de la scène jungle/footwork anglaise, pas de doute qu’elle va nous faire transpirer. Déjà bookée pour Dekmantel et le Bon Air.
A.B.

Cintia

Et si le nouveau du rap était lusophone ? À seulement 17 ans, la portugaise Cintia, qui s’est faite connaître sur soundcloud, a du flow comme elle le prouve avec son titre « Grana ». Le clip, aussi hot que mélancolique comme une redescente d’after, atteint des records pour une artiste dont on ne sait encore quasi rien. Cintia prouve en tout cas que l’on peut très bien s’imposer en portugais hors de la scène baile funk.
R.G.

MC Yallah

La scène artistique d’Ouganda est en pleine effervescence grâce à la reconnaissance internationale du festival électro et label Nyege Nyege. Parmi ses pionnier.e.s, MC Yallah, rappeuse d’origine kenyane. En 2019, elle a sorti un album sur Hakuna Kulala, un sublabel de Nyege Nyege, avec Debmaster à la prod : flow à la Sampa the Great sur prods expérimentales, notre genre de recette irrésistible.
A.B.

Pour vérifier notre potentiel prédiction (ou pas), rendez-vous sur le top de 2019.

Par Apolline Bazin, Sarah Diep, Géraldine Faure, Michel-Angelo Fedida et Robin Gillet

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut