2019 : Top 15 des artistes à suivre en musique

bilalhassani-manifesto21
Crédits : FIFOU

Pour ce qu’il reste de Français qui n’en ont pas encore marre de lire des tops de promesses musicales annuelles, nous vous livrons nos quinze coups de cœur. Tout au long du classement, surprises et rebondissements, feux d’artifices, et même une créature providentielle élue par le peuple d’Internet pour terminer (Oui ça nous arrive aussi d’aimer des choses qui ont plus de 500.000 vues sur Youtube). 2019, l’année du neuf, s’annonce fertile pour la musique. Et peut-être même que la France gagnera enfin l’Eurovision.

15) Joanna

Attention, âme sensuelle ne surtout pas s’abstenir. Elle chante le désir et articule la séduction. « Pourquoi se retenir, on a envie ? » Pourquoi se retenir d’écouter cette chanson en boucle ?

(Electro / Urban pop)

14) Flagalova

Flagalova a sorti en décembre 2018 son premier EP, La Nuit. La caresse de sa voix laisse flotter une douce fragilité, mise en brillance dans son univers visuel satiné.

(Electro / Dreampop)

13) ATOEM

Coup de cœur sur le terrain rennais des Transmusicales. Sursaut ! Aux machines, le duo et son jeu de synthés ont déclenché la vibration générale du public.

(Electro / Synthwave)

Atoem : les nouveaux scientifiques de la musique électronique rennaise

12) Timothée Joly

Une écriture consciencieuse pour un spleen 3.0 et un son ultramoderne qui floute les limites entre la chanson, le rap et le rock.

(Urban Pop / Cloud Rap)

11) Bakel

Le charisme haché de sa voix nous a convaincu.e.s dès la sortie de son premier EP en septembre 2018, L’eau qui dort.

(Chanson française / Electro pop)

Bakel, « tomboy timide »

10) Jardin

Savant mélange d’influences hip-hop, d’expérimentations électroniques, de sombre noise et d’une bonne dose d’énergie punk, son troisième album Epée a fait mouche.

(Experimental / Electronic / Punk / Rap)

Jardin. Une volonté d’être étranger au genre

9) Deena Abdelwahed

La jeune productrice et dj tunisienne fait actuellement partie des artistes les plus prometteuses de la scène électronique. Son premier album Khonnar est sorti chez l’exigeant label InFiné, à mi-chemin entre musique expérimentale et club, Afrique et occident, musique et engagement.

(Electronic/ Experimental)

/ En live le 31 janvier à La Gaîté Lyrique /

Deena Abdelwahed, l’exploration sonore au service de la tolérance

8) Youv Dee

Membre de l’Ordre du Périph, le rappeur parisien passionné de jeux vidéos et d’animés fait sensation sur la toile comme sur la scène. Repérable à ses sombres prods banger et à son flow incisif, certains l’érigent comme une figure pionnière du nouveau courant ‘trap rock’ ou ‘trap métal’.

(Trap/ Rap français)

7) Oh Mu

La jeune artiste suisse émigrée à Paris agite la toile avec sa pop futuriste, ses discours engagés et ses illustrations colorées. Porte-parole dans toutes ses œuvres du droit à la différence, Oh Mu consume pêle-mêle références pop, urbaines, électroniques et classiques pour faire germer un univers musical au moins aussi extraterrestre que ses personnages.

(Electro Pop)

OH MU, inadaptée et fière de l’être

6)  Silly Boy Blue

La voix d’Ana Benabdelkarim plonge dans une douce nostalgie contemplative, en parfaite syntonie avec son univers pop mélancolique. On reconnaît dans son EP But you will une fascination pour la noirceur de la new wave des années 80 et pour un univers aux échos glam-rock nourri par les errances du David Bowie pré-Ziggy Stardust.

(Pop Rock/ Dreampop)

/ Le 22 mars en live à l’EMB Sannois /

5) Oktober Lieber

Entre obscurs lives cathartiques et productions technoïdes obsédantes, l’univers électronique du duo formé par Marion Camy-Palou et Charlotte Boisselier ne cesse de faire de nouveaux adeptes. Un talent confirmé par leur premier album In Human. Incantations métalliques, textures synthétiques, sons crissants et frappants, on en sort presque transpirants.

(Electronic / Dark Disco/ Synthwave / Techno)

4) P.R2B

Son premier album est annoncé pour l’année à venir. L’électronique peut se mêler au baroque, et l’humour au sérieux. C’est une musique qui se rit, qui se danse, qui se regarde, qui se regarde même les yeux fermés.

(Chanson française/ Electro)

P.R2B. La nouvelle recrue de La Souterraine présente « Océan Forever »

3) Sônge

Après un EP très remarqué et une tournée conséquente, le premier album de la chanteuse et productrice (signée chez Parlophone) est attendu pour mars. Harmonies et mélodies audacieuses mêlant influences électroniques, pop et urbaines, au service d’un univers coloré et dansant.

(Electro Pop/ Urban Pop français et anglais)

/ Release party le 28.03 au Badaboum /

Sônge en route vers les sommets avec son r’n’b du turfu

2) Nelson Beer

Un background musical (et pas seulement) éclectique et sérieux, un sens du refrain catchy indéniable, un univers visuel fort, une aisance scénique redoutable. On ne voit vraiment pas ce qui empêcherait Nelson Beer de devenir la nouvelle pop star de l’ère post-mainstream/ underground.

(Electro Pop / Urban Pop français et anglais)

Nelson Beer. Artiste 360°, performance & pop augmentée

1) Bilal Hassani

Ce candidat à l’Eurovision défie tous les snobismes. Des vidéos Youtube engagées et toujours optimistes à la chanson pop, le jeune artiste de 19 ans bouleverse pour la maturité et la sagesse de son discours. Un message d’empowerment puissant pour ce jeune homme qui rêve de faire exploser le mainstream de l’intérieur et d’émanciper, enfin, les queer de la niche. Simplicité, efficacité, émotivité, impossible de passer à côté de cette icône pop à la française en devenir.

Bilal Hassani. Vous avez dit mainstream ?

… On ne s’arrête pas là !

Encore cinq artistes, non plus émergents, mais que nous continuerons de suivre en 2019. Parce que c’est leur année, parce qu’on va les voir tourner, parce qu’ils ont annoncé des sorties et parce qu’on en a envie.

  • Aloïse Sauvage

Parmi les tremplins révélateurs, les Transmusicales restent en tête. Cette année, la création à l’Aire Libre affichait un nom déjà bien connu : Aloïse Sauvage. Aloïse Sauvage la danseuse, l’actrice, la circassienne. Cette fois-ci, c’était Aloïse Sauvage la chanteuse. On y était, à l’Aire Libre, et on a applaudi à s’en faire mal aux mains. Pris de hauteur pour l’artiste avec une scénographie millimétrée simplement géniale. Deux musiciens derrière elle, deux silhouettes surélevées et discrètes, l’une aux percus, l’autre au clavier. Dans l’espace presque sans décor, les lumières bleutées restent sobres. Short noir, brassière noire, baskets blanches, son corps très musclé se déplace sans cesse et tout en souplesse sur la moquette noire. On le sait, elle danse ineffablement bien. Comme ses mouvements, son attitude est en parfait accord avec son discours. Elle nous raconte les difficultés qu’elle a rencontrées, prête à abandonner le spectacle quelques semaines auparavant, sans nouveaux titres et épuisée. Elle nous parle beaucoup, pas trop, avec une honnêteté frontale, submergée d’énergie et débordante d’émotions. Et elle chante, ses nouvelles chansons, qu’elle a fini par écrire, pop-rap et entêtantes. On pourrait croire qu’elle les interprète depuis toujours. Son micro est rattaché au plafond. Elle se sert du fil pour se balancer, se soulever, faire du concert un véritable spectacle, avec nous, bouche-bées, les yeux levés vers elle, elle qui avait la voix tremblante quelques minutes avant, et qui est maintenant tous muscles contractés suspendue dans les airs. Pas déçu.e.s une seule seconde, et on attend la suite en tapant du pied. Si elle n’abandonne ni le cinéma (Les Fauves, Vincent Mariette, en salles le 23.01), ni la danse (Carte Blanche de Jann Gallois le 08.02 au Théâtre National de Chaillot), elle s’applique à la réalisation d’un premier album, qui devrait arriver en mars.

(Pop française/ Urban Pop)

/ En live le 9 avril à La Gaîté Lyrique /

Identités plurielles et claquettes. Rencontre avec Aloïse Sauvage

  • Léonie Pernet

Très attendue depuis son premier EP Two of Us en 2014, la productrice, musicienne et DJ parisienne s’est imposée avec la sortie cette année de son album Crave chez InFiné. Le disque, entre influences électroniques, pop et nord-africaines, est un véritable terrain d’expérimentation, d’émotion. Grande tournée en prévision.

/ En live le 25 janvier à La Gaïté Lyrique /

Léonie Pernet. L’électron libre

  • Lean Chihiro

Outfits et make-ups fashion colorés, empowerment et cloud trap autotuné, la jeune femme a décidément tout pour séduire la nouvelle génération d’accros aux RS.

(Trap anglaise)

  • Régina Demina

L’artiste évolue entre la performance, le théâtre, le cinéma et la musique. Difficile de passer à côté dans le paysage culturel du moment, difficile de ne pas être enchanté.e par son romantisme morbide. Après une année marquée – entre autres – par son EP Pyromane et son apparition dans le film Charbon, à voir ce qu’elle nous réserve pour 2019, notamment côté live.

  • Hyacinthe

Ex-membre de DFHDGB, le rappeur parisien impose son style atypique au fil de ses sorties. Après plusieurs dates marquantes (La Boule Noire, Les Francofolies, Bars en Trans…), on attend avec enthousiasme son nouvel album, Rave. Sortie prévue au printemps chez Chapter Two records.

Mais tu es qui toi Hyacinthe ?

 

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  • 514
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    520
    Partages
More from Manifesto XXI

La Kindergarten souffle sa première bougie le 7 septembre

Et si la nuit pour adultes était une kermesse pour enfants ?...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.