Lecture en cours
Yves Tumor, Charlotte Dos Santos, Oklou… Catch-up Clips #17

Yves Tumor, Charlotte Dos Santos, Oklou… Catch-up Clips #17

Manifesto 21 - Yves Tumor

Contrairement aux personnes qui ont voté pour le meilleur réalisateur des César 2020, nous avons décidé de récompenser de belles choses. Ces choses ? Des clips bien sûr, avec Yves Tumor et ses cornes, des types qui explosent une caisse, ou encore un trip dans un dortoir d’auberge. Absurde ? Non, c’est le catch-up de Manifesto XXI.

Yves Tumor – Gospel For A New Century

L’américain Yves Tumor revient avec un nouveau single accompagné d’un clip démoniaque pour « Gospel For A New Century ». Après deux ans d’attente, ce titre annonce enfin un quatrième album : Heaven to a Tortured Mind, qui doit paraître le 3 avril sur le label britannique WARP Records. En attendant, on regarde Yves Tumor grimé en démon et les danses désarticulées de ses serviteurs.

Oklou – entertnmnt

Victor Hugo écrivait « La terre est de granit, les ruisseaux sont de marbre ; c’est l’hiver ; nous avons bien froid. » Bien loin d’un cadre naturel luxuriant sublimé par l’apparition d’insectes féériques, désertant les étendues sableuses auxquelles Oklou nous avait habitués, le clip d' »entertnmnt » explore un monde minéral inerte, fade. Oklou est assise au cœur de ce qui semblerait être une ancienne vallée volcanique, écorchée, et la caméra qui lui tourne autour tente de saisir ce qui ne peut se voir : une forme d’amertume mélancolique. Si Scarlett Johansson errait à la recherche de proies dans Under The Skin, ici Oklou est sa propre proie, enfermée dans une  caverne sombre elle se confronte à sa propre vulnérabilité.  

Ian Isiah – Why

Le morceau « Why » s’interroge sur les modalités d’un amour unilatéral. Le vidéo clip qui l’illustre fait état d’une spatialité déjantée, déformée de l’intérieur. L’espace se contorsionne, se développe et se réduit répondant ainsi à la même logique que la flamme amoureuse, incertaine et fluctuante. Ce traitement spatial bien qu’il se rapproche d’une simulation virtuelle, image l’obsession amoureuse qui peut faire perdre la raison et fausser toute notion de réalité. 

joysad – Hiver

Le rappeur de Périgueux, figurant parmi les 11 rappeurs à suivre de Booska-P, nous emmène dans sa folie schizophrénique. Oubliez le Joker de Joachim Phoenix : joysad tente de fuir son double démoniaque et nous rappelle bien que l’hiver c’est de la merde.

Charlotte Dos Santos – Helio

La chanteuse brésilo-norvégienne illumine cette fin d’hiver avec le radieux clip de « Helio », extrait de son EP Harvest Time. Notre attente désespérée du retour du soleil trouve un écho réconfortant dans cette prière solaire qu’elle interprète dans un décor verdoyant et satiné. Nuances nacrées et fleurs sensuelles sont un écrin parfait pour sa neo soul sensuelle et féérique. L’artiste explique le sens de cette chanson : « Helio parle de l’amour propre. La chanson parle du pouvoir que nous avons chacun en nous et du fait que nous avons profondément besoin de nous-mêmes pour être heureux. »

Yung Lean – Boylife in EU

Prince des sad boys, le rappeur suédois Yung Lean commence 2020 avec une de ces ballades emo-nostalgiques dont il a le secret. Le flottement nihiliste de la prod de « Boylife in EU » évoque le son des 90’s, encore accentué par un clip bien trippant. C’est un peu comme si Yayoi Kusama avait collaboré avec une bande de ravers et de freaks en after.

Voir Aussi
Manifesto 21 - Agnes Obel
Jazzboy, Agnes Obel, Birds on a wire… Catch-up clips #13

neumodel – Black Block

Véritable miroir de leur précédent clip avec notre Kiddy Smile national, le duo nous hypnotise avec ce plan fixe de quatre personnes explosant une voiture. On est spectateurs de cette scène, impuissants et fascinés par ce morceau électro. Pour apaiser cette violence et cette rage, on vous rassure : leur prochain album Rock est prévu pour le 17 avril.

Bonus : DISCONSCIENCE – GRETA

« Vous avez chaud ? Nique le gaz carbonique ». Le sujet de ce titre au nom évocateur ne pourrait être plus actuel, accompagné d’un clip aux images percutantes, résultant de la crise écologique et climatique. Les images montrent des montagnes de plastique, la fonte des glaces et les incendies géants qui sont devenus notre quotidien télévisé. Gaia Barella et Hugo Douster, aka Disconscience, expriment leur mécontentement à travers une Eurodance consciente, bienveillante et façonnée pour la génération qui bat le pavé pour le climat.

Par Michel-Angelo Fedida, Apolline Bazin, Arthur Blandin & Robin Gillet

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut