Lecture en cours
Identifié·e·s? Les enfants de l’immigration ont (enfin) leur festival

Ce week-end, les collectifs Filles de Blédards et Chkoun is it? inaugurent la première édition du Festival Identifié·e·s ? qui se déroulera entre Mains d’Oeuvres, la Station et le Klub, trois tremplins des cultures alternative. L’événement réalisé par des enfants de l’immigration, s’adresse à tous les publics et leur promet deux jours de poésie, arts visuels, théâtre, cinéma, danse, mode, illustration et musiques en tous genres.

Ce projet tout neuf est le résultat de la fusion de deux collectifs estampillés  « socio-culturels » déjà emprunts d’hybridité.

D’un côté, les Filles de Blédards, basées entre Marseille et Paris, classées parmi les 100 qui feront 2019 par Technikart.
Ces artistes interrogent et dépeignent l’infinité de nuances des identités zébrées de l’immigration par autant de gestes artistiques débridés qu’il existe de disciplines à exploiter pour investir l’art, le milieu festif et la société en général.

De l’autre, Chkoun is it? prône également la multiplicité des influences artistiques qui forgent l’identité musicale de ses événements hors-normes. Le collectif s’est défini en dehors des carcans de la scène électronique parisienne en mettant l’échange, aussi bien transculturel que transgénérationnel, au cœur des clubs .

Le festival contient un point d’interrogation parce qu’il s’articule autour d’une question qu’il vient balayer: « Qui peut se targuer de nous identifier, nous les enfants d’identités hybrides ? ».

L’initiative est une invitation à parler de ce « nous » qui mue volontiers en « vous » ou « elleux » d’une perspective à l’autre, puisqu’elle s’adresse à toutes et tous. La création artistique sous toutes ses formes est la réponse apportée ce weekend pour déconstruire les identifications assignées, stéréotypées et fantasmées qui privent les concerné·es de leur véritable identité.Identifié·e·s? est une réappropriation culturelle, individuelle et intersectionnelle.
Les communautés se rencontrent, se répondent et se (re)découvrent elle-mêmes et entre elles, qu’elles soient post-coloniales, queers, issues de l’immigration, ou pas. Les collectifs et artistes du festival construisent un espace de dialogue commun et brouillent les pistes pour dessiner une nouvelle carte sans limites ni frontières.

Une trentaine d’artistes et intervenant·es, toutes disciplines confondues, peuplent le line up du festival dont Rébecca Chaillon, Tarek Lakhrissi, Crystallmess, Lafawndah, Rachida Khozba, Alice Diop, Kengné Téguia, Amor Satyr, Mohammed Lamouri, Glitter ou Moesha 13 pour n’en citer qu’un tiers.

Voir Aussi

Cette dernière nous offre aujourd’hui un avant-goût particulièrement excitant des festivités qui se profilent,  avec une mixtape exclusive et exquise.
Productrice, rappeuse, DJ et motarde glorieuse marseillaise, Moesha canalise les tensions identitaires et sociales et les sublime à travers des sons épurés hérités des cultures pop, RnB, trap ou hardrock.

EVENT

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut