Lecture en cours
Girls Don’t Cry, le nouveau festival féministe et queer de Toulouse

Girls Don’t Cry, le nouveau festival féministe et queer de Toulouse

Girls Don’t Cry, le nouveau festival féministe et queer toulousain
Le rayonnement de Girls Don’t Cry s’élargit encore avec la première édition de leur festival féministe pluridisciplinaire, à Toulouse du 26 au 28 novembre. Un week-end coloré et engagé avec une riche programmation musicale, concert et club, ainsi que des projections, expositions, performances drag et discussions.

Girls Don’t Cry est la branche média et festive de La Petite, association culturelle et féministe en faveur de l’égalité des genres dans les arts et la culture, basée à Toulouse. L’organisation agit pour mettre en avant des artistes femmes, trans, queers et non-binaires via des formations et des actions positives. Après avoir organisé des soirées et assuré des programmations musicales, l’ambition de Girls Don’t Cry monte d’un cran. Elles nous invitent cette fois à trois jours de fête et d’événements pluridisciplinaires.

Fait assez rare pour être souligné, ce sera trois jours de musique sans homme cis au programme, qui est construit comme une invitation à la danse avec un éventail varié de genres musicaux. Vendredi, l’ouverture se fera sous le signe du post-club avec la puissante Lotic, qui vient de sortir son dernier album Water, avant de plonger dans l’ambiance rave, acid et trance de Transterror, qui porte bien son nom. 

Le samedi sera encore plus chargé et éclectique : après l’hommage à SOPHIE, l’influente artiste pop disparue en début d’année, avec l’écoute collective de son album, les voix de la coréenne Soyoon et de Cate Hortl apporteront chacune dans leur style deux touches plutôt mélancoliques à la grande salle du Metronum, la première plus lumineuse et soyeuse, la seconde darkwave et énergique. Une culture club diversifiée sera ensuite représentée par les sonorités breakées de Tatyana Jane, la vibe rave UK de Saku Sahara et les hybridations de la marseillaise TTristana.

Un DJ set spécialement pour les enfants sera proposé dans l’après-midi du dimanche, suivi du groupe autogéré toulousain GRRLSSS. Puis la productrice et activiste féministe queer La Fraicheur viendra conclure le festival avec un puissant set techno.

Voir Aussi

Girls don't cry manifesto21
@ MONXY

Si la partie musicale du Girls Don’t Cry a de quoi réjouir toutes les sensibilités, le week-end sera également marqué par des événements qui mettront en avant les cultures féministes et la création artistique : exposition de plasticiennes et illustratrices tout le week-end, projection de pornos féministes le samedi, rencontre en librairie avec Emmanuelle Josse, co-créatrice de La Déferlante, discussion sur les médias féministes à laquelle participera Manifesto XXI, ateliers d’écriture poétique et de collages, ainsi que de nombreux autres stands animeront les esprits.

Girls don't cry

Girls Don’t Cry Festival
Du 27 au 29 novembre 2021
Metronum, Toulouse
Billetterie : entre 8 et 16€ la journée, 30€ le pass 3 jours

Image à la une : © MONXY

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut