Lecture en cours
En mai, la Java se transforme en QG de la culture club Gay

Le mois de mai, c’est celui qui précède l’été, celui où on se débarrasse définitivement de toutes couches hivernales, de tous les fils qui nous enchaînent, pour enfin se dédier à une parade nuptiale avec la liberté. Cet esprit de liberté, de célébration de soi et de création, c’est l’essence des JJ et c’est de son papa le DJ Crame qu’elle l’a héritée.

Ce mois-ci, JJ rend hommage à la culture qui hébergeait, il y a 15 ans, les premiers pas de sa remarquable figure paternelle, et ceux de la house et de la musique électronique telle qu’on la connaît aujourd’hui.
La prog du jeudi passe de gay friendly à gay only, le temps d’un doux mois de mai dédié à rééquilibrer la diversité d’un milieu encore trop marqué par le manque de visibilité des minorités qui ont pourtant participé à le façonner.

En invitant autant d’artistes que d’années d’enrichissement du paysage club parisien qu’il compte à son actif, Crame met en lumière quinze personnalités choisies pour leur vitalité et leur diversité stylistique. Après avoir fait une partie de son histoire – avec les House of Moda notamment – le DJ parisien en corrige, un peu, le chemin pour les talents à venir. Ce beau projet se voit profiter d’une bénédiction du calendrier, le mois de mai compte cinq jeudis, cinq JJ et donc cinq occasions de se nourrir de toute la puissance de l’influence de la culture club gay grâce à un trio de premier choix à chaque fois.

Parmi ceux qui aideront JJ à rendre le ventre de la Java plus gay qu’un dimanche soir au Rosa Bonheur ou un passage piéton du marais, on retrouve l’impardonnable intellectuel de l’électro sombre et sexy Aubry, Nizar qui règne habituellement sur la Trou au Biche et la Flash Cocotte, Maxime Iko, le petit protégé d’une certaine Ellen Alien, Reno Le DJ, non moins talentueux que ses contemporains Laurent Garnier et Manu le Malin et un Babybear qui a fait ses armes et musclé ses bras à la Menergy.

Voir Aussi

EVENTS

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut