Lecture en cours
Cette année, la Paris Electronic Week veut reconstruire le monde d’après

Cette année, la Paris Electronic Week veut reconstruire le monde d’après

Technopol et La Gaîté Lyrique vous donnent rendez-vous du 22 au 24 septembre 2021 pour la 9ème édition de la Paris Electronic Week. Politique, inclusivité, écologie et musique seront les grands axes de sa programmation XXL à base de conférences, masterclasses et workshops.

« Aujourd’hui plus que jamais, l’heure est à la reconstruction. Bâtir l’ère d’un système vertueux qui défend des principes égalitaires et qui favorise des modèles alternatifs, durables et solidaires : tels sont les défis du secteur culturel. » Après un rendez-vous 2020 qui se concentrait sur l’avenir de la fête, cette nouvelle édition du festival sera bien concrète, et aura lieu à la Gaîté Lyrique et en ligne. Construire le monde culturel post-covid, à l’aube des élections présidentielles 2022, sera l’enjeu majeur de la Paris Electronic Week 2021. L’avenir de la musique électronique et des musiques actuelles se décide aujourd’hui, non demain, et 2021 est assurément une période charnière pour perpétuer leur existence sur le long terme. Pour cela, Technopol organise sur 3 jours plus de 35 masterclasses, conférences et workshops réunissant les professionnel·les du secteur. Labels (Citizen Records, Shouka Records, Mama told ya), artistes (La Fraicheur, Rebeka Warrior, Cassie Raptor), médias (Tsugi Radio, Manifesto XXI, Ola Radio, Pioche), festivals (Sarcus Festival, We Love Green) seront donc au rendez-vous pour échanger sur les enjeux brûlants du monde de la nuit, organisés autour de quatre grandes thématiques : l’écologie, la politique, l’inclusivité et la musique. 

Paris Electronic Week
Politique

Les grands bouleversements de 2020 ont mis en lumière la grande précarité du milieu de la nuit. L’urgence est là et pour cela une conférence autour des « Politiques de relance culturelle innovantes » ouvrira le festival le mardi 22 septembre.

Écologie

Les évènements du « monde d’après » seront de nouveau posés sur la table suite à des premiers tests mis en place pour rendre la fête soutenable, inclusive et respectueuse de l’environnement. À la conférence « Comment inventer les évènements du monde d’après ? », il s’agira de comprendre les contraintes que les organisateurices rencontrent pour y trouver des solutions.

Parité inclusion mixité

Cette année, Manifesto XXI sera également au rendez-vous, mercredi 23, pour animer la conférence « La diversité à l’origine des musiques électroniques », modéré par la rédactrice en chef du média, Apolline Bazin. Lisa Rovner, la réalisatrice du documentaire Sisters with Transistors, l’universitaire Philippe Birgy et la DJ Corbeille Dallas sont invités à échanger autour des mouvements historiques de la musique électronique : politisés, contestataires, issus des communautés afroméricaines et LGBTQIA+, alors qu’aujourd’hui ces musiques sont en grande partie devenues l’apanage de publics et professionnel·les masculins, blanc·hes, hétérosexuel·les et bourgeois·es. 

Musique

Un moment sera dédié à « La free party », suite aux évènements ayant eu lieu en juin 2021 à Redon. Les discussions balayeront trente ans de confrontations entre les organisateurices de free parties et l’État dans le but de trouver des solutions réelles pour permettre l’existence viable et une liberté à cette composante majeure des musiques électroniques. 

Voir Aussi


Page Facebook de l’événement


Image à la Une : © Randy

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut