Lecture en cours
Rainmaking, le nouvel EP hypnotique de Calling Marian

Tout fraichement auréolée du prix des iNOUïS du Printemps de Bourges, la productrice et DJ Calling Marian nous offre un nouvel EP intitulé Rainmaking, cinq titres qui ondulent à l’infini et transportent la techno hors des murs du club. On avait pu goûter au titre éponyme, sorti il y a un peu plus d’un mois, et depuis on trépignait d’impatience de découvrir la suite de l’histoire, le dénouement de cette mystérieuse création de pluie.

Construits autour d’une boucle répétitive et entêtante, les morceaux de l’EP prennent le temps de se développer, couche par couche, créant des ambiances qui s’enchevêtrent et se répondent dans une danse effrénée. ‘Rainmaking’ commence comme un rituel glacial où les percussions tribales semblent résonner sur le sol d’un entrepôt, puis s’intensifie avec l’arrivée d’un riff de synthé liquide qui s’écoule sur le morceau comme des gouttelettes de pluie. Cette fameuse pluie qu’on retrouvera en fil conducteur de l’EP. Pluie acide, pluie diluvienne, pluie de paillettes… la musique se déverse en trombes sur nos tympans. Si Calling Marian est une adepte de la musique répétitive et du caractère froid et métallique de l’indus, elle est aussi une grande créatrice de mélodies solaires qui semblent percer ses œuvres dark de faisceaux de lumières colorés. C’est cette dichotomie, ce clash délicieux entre le chaud et le froid qui démarque ses productions des autres et leur donne toute leur complexité.

Le voyage aquatique se poursuit avec ‘Carbon Content’, course effrénée ou ballade dominicale, au choix selon votre rythme cardiaque, où la sonnette d’alarme semble retentir furieusement sur une ligne de synthé un brin mélancolique. ‘Aquamarine’ est de loin le morceau le plus envoutant de l’EP, agissant comme le ferait un psychotrope sur vos neurones, montée explosive comprise. Comme un charmeur de serpents, Calling Marian se plait à nous tenir dans une sorte d’hypnose. On tangue, on vacille avant de complètement flancher et se laisser aller aux rythmes d’acid house épileptiques. Pause plus sombre et introspective avec ‘La Colère’ avant le clap de fin. ‘Dance for the end’ vient clôturer l’EP comme il se doit et invite l’auditeur à une grande fête, un banquet psychédélique où se mêlent chorégraphies saccadées et névroses d’une génération désabusée. Si la pluie est bien le fil conducteur, alors ce morceau agit comme l’orage qui vient éclater et tout nettoyer sur son passage. Éclair de génie, vrombissement des basses et synthé halluciné, décidément Rainmaking mérite vraiment votre écoute attentive.

Rainmaking de Calling Marian, sorti aujourd’hui sur CVNT Records.

***

Retrouvez Calling Marian sur :

Facebook

Voir Aussi

Soundcloud

Spotify

Instagram

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut