Boyz don’t cry on air, but party hard au Klub

Hébergée sur Hotel Radio Paris, l’émission Boyz don’t cry célèbre son 25ème enregistrement avec une belle soirée au Klub.

Hostée par le producteur Alto Clark, Boyz don’t cry est une émission de radio unique en son genre. En délicatesse, une bande de DJs se retrouve chaque mois pour partager ses dernières découvertes avec les autres. C’est même plutôt une tribu d’artistes sensibles – adeptes des beats bien placés mais aux goûts ouvertement éclectiques – qui se rassemble pour produire ces deux heures de mix, et une nuit à leur image ce samedi 27 avril. Mais qui sont-ils donc ces garçons sensibles de l’électronique ?

Manifesto XXI – De quoi est née cette émission ? 
Alto Clark : L’émission est née en 2016. J’ai contacté Jean-Charles, qui venait de monter Hotel radio quelques mois auparavant, pour venir faire une émission pour la sortie de mon single « It’s Christmas in january » sur Alpage Records. Pour l’occasion j’ai invité des copains à venir jouer (La Bête de Bagarre, Azf, Aamourocean…) et à la fin de l’émission on s’est dit que ce serait chouette de pouvoir faire ça chaque mois : mixer entre copains, ce qu’on veut, juste pour le fun. JC a dit oui direct et nous a laissé le champ libre.


Est-ce que tu voulais réinventer la masculinité en musique ?
Le nom de l’émission est l’idée d’Olivia des Fils de Vénus, qui nous connait bien et qui m’a tout de suite suggéré Boyz don’t cry. On ne sait pas vraiment posé la question d’où en était le masculin à ce moment-là, on s’est plutôt dit qu’on était de grands sensibles qui aiment jouer de la musique qui frappe et c’était une bonne idée d’affirmer cette sensibilité-là en faisant référence à The Cure.

Les artistes Boyz Don’t Cry en 3 mots ?
Ouverture d’esprit, amour de la musique, éclats de rire

Tu n’invites pas exactement que des mecs, il y a aussi Address Hymen et Claude Violante à la soirée de samedi. Pourquoi ?
On a des amies talentueuses. Plus on est de fous, plus on rit, il ne fallait pas plus de raison.

En 3 ans, est-ce que tu remarques une évolution dans la façon dont les garçons s’expriment en musique ? Dans les styles ?
J’ai l’impression qu’il y a de moins en moins de complexes dans l’expression des sentiments, une sorte de compréhension que faire le mec alpha en permanence ne rime à rien et une ouverture vers les autres qui tend à s’agrandir même s’il y a encore beaucoup de boulot.

Qui seraient vos dream invités dans l’émission et pourquoi ?
La question est complexe mais je dirais pour ma part Palmbomen. II pour la finesse de ses chansons qui je pense pourrait se retrouver dans ses mixes. Minimal Violence, un duo de Canadiennes de Vancouver parce que j’adore la puissance et la violence de leur live. Et Bernardino Feminielli, un crooner canadien dont j’ai découvert l’existence il y a un mois et dont la musique m’obsède. En fait, dans Boyz don’t cry, l’idée est que peu importe la musique produite ou jouée par l’artiste invité, le plus important est les valeurs et ce qu’il ou elle défend soit raccord avec les nôtres.

Samedi 27 avril au Klub

Spread the love !
More from Manifesto XXI

Notre playlist best-of 2018

2018 se termine avec fracas, et l’heure est désormais aux bilans et...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.