Lecture en cours
Sabine Happart reprend Jean-Luc Le Ténia dans sa Mausolée Tape
sabinehappart-manifesto21

Elle n’avait jusqu’à présent dévoilé que des reprises de Ronsard en mixtape sur La Souterraine. Les contours de Sabine Happart se dessinent aujourd’hui bien plus avec une revisitation pleine d’humour du grinçant Jean-Luc Le Ténia.

Il existe peu d’éléments auxquels se raccrocher sur Internet à propos de Sabine Happart. Elle prend forme, progressivement, au sein des expérimentations continuelles de La Souterraine. Par Jungles, ses douces reprises de Ronsard en chiffres romains, puis par sa participation au cycle de résidences à la Maison de la Poésie de Paris, et puis aujourd’hui par cette mixtape. Il en ressort un personnage talentueux et pointu, d’une caustique candeur, un poil mystérieux.

Cette fois-ci, avec un air de Brigitte Fontaine, elle s’essaye, pour la troisième édition de la Mausolée Tape après Gontard ! et Trotski Nautique, à la reprise de Jean-Luc Le Ténia. Un choix peu anodin : un suicidé, un artiste ultra productif, plus de 2000 chansons enregistrées compulsivement, « seul représentant de l’anti-folk » en France selon Didier Wampas, le « meilleur chanteur français du monde » selon son album phare. Avec ses boucles électroniques, sa voix haut perchée et son flegme, Sabine Happart déterre à nouveau les courtes fulgurances du Ténia, entre absurdité contenue, drôle de noirceur et mantras tels que « Vous êtes trop gentils avec l’art ». Un bon présage.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut