On a parlé football avec Born Idiot

Born idiot
Allez les bleus ! © Lucas Martin

Born Idiot revient gonflé à bloc pour attaquer cette nouvelle saison. Malgré un été un peu sec en termes de dates pour les cinq compères, la rentrée s’avère sous les meilleurs auspices avec une première tournée qui se dessine, mais aussi la sortie prochaine d’un nouvel album. Une seconde marche déterminante pour ce groupe rennais qui ne demande qu’à confirmer la belle année qui vient de s’achever après la sortie de leur premier album Afterschool. Pour la sortie du clip du morceau éponyme de l’album, les membres du groupe ont enfilé leur plus beau maillot de foot pour un concentré d’actions phénoménales mises en image par Lucas Martin ! À cette occasion, Manifesto XXI a rencontré ces cinq idiots pour parler 4-4-2, cour de récréation et ambition artistique…

Cinq idiots à l’affût d’un mauvais coup ! © FRAME Pictures / BETC POP

Manifesto XXI – Le clip d’« Afterschool » met en scène un match de football entre deux bandes rivales. D’un côté, les membres de Born Idiot et de l’autre, des racailles qui savent plutôt bien jouer au ballon. Pourquoi l’avoir réalisé selon ce schéma ? Est-ce que vous aussi, plus jeunes, vous preniez la misère au foot dans la cour de récré ?

Tiago : C’était plutôt moi qui mettais la misère aux autres ! En réalité, en CM1-CM2, j’étais un crack au foot ! Ensuite, j’ai commencé à faire de la musique, j’ai pris un peu de bide et je suis devenu nul à chier…

Lucas : J’ai toujours joué au foot, mais physiquement je me faisais bouger sur la cour de récré.

Malgré ces mésaventures, quel rapport vous entretenez avec le foot au niveau professionnel ?

Louis : Étant donné que ce sont mes deux pays, je regarde à la télé uniquement lorsqu’il y a les Bleus ou la Hollande ! Le reste, je m’en fiche carrément !

Lucas : D’ailleurs t’as vu le dernier match France – Pays-Bas ?

Louis : Non, il y a eu combien ?

Lucas : Bah 4 à 0 mec !

Louis : Pour la France ? Oh merde, j’ai pas vu ça… Fin merde et pas merde du coup parce que je supporte les deux pays…

Tiago : Moi, j’adore le football, ça doit être ma deuxième passion après la musique !

Clément : On est d’accord pour dire que c’est Tiago le plus passionné ! Personnellement, de mon côté, je suis un fervent supporter de l’En Avant de Guingamp, le reste importe peu !

Allez les bleus ! © Lucas Martin

À ce propos, est-ce que les Idiots pourraient former une réelle équipe compétitive ?

Tiago : Hum… On a participé au tournoi de la Route du Rock… et on s’est fait exploser, on a fini derniers…

Lucas : Non mais dans l’ambition, on pourrait créer une bonne team. Par contre, d’un point de vue technique, on a sûrement pas le level !

Le fait d’avoir un claviériste parfois appelé en sélection avec Her, ça pose des problèmes ou c’est plutôt une fierté ?

Louis (claviériste) : Ça pose des problèmes et en même temps c’est une fierté. (rires) Non sérieusement c’est à vous de répondre les gars !

Tiago : Vu qu’avec le reste de la team, on n’est pas sélectionnés, forcément, on a un peu le seum… (rires)

Lucas : En réalité, ça ne pose pas de problème, on a toujours su faire avec !

Louis : Mais prochainement, je vais me faire remplacer dans Her pour pouvoir assurer quelques dates importantes avec Born Idiot, notamment pour les Bars en Trans.

Malgré un mercato un peu sec, quelles sont vos prochaines ambitions pour la saison qui commence ?

Louis : Des buts, beaucoup de buts ! On a des jolis matches à disputer ! On va jouer pas mal à l’extérieur : Lille, Paris, Lyon, Laval, Nantes, etc. (accent marseillais)

Cet hiver, Born Idiot joue principalement à l’extérieur et finit l’année sur une grosse échéance à domicile !

Et sur le terrain, quels postes occupez-vous ?

Lucas : Moi, je me verrais bien ailier.

Tiago : Moi, je serais 10 !

Louis : Non mais attendez, il faut que ça soit en rapport avec notre placement sur scène aussi, non ?

Lucas : Donc du coup c’est moi le meneur de jeu en 10 !

Tiago : Moi, je suis ailier gauche.

Louis : Je me retrouve donc ailier droit. Guilherm (NDLR : le batteur) serait gardien du coup et…

Clément : … Et je me positionne en défense centrale. Parfait !

Le deuxième album sera plus sombre

Après la sortie de ce premier album, est-ce que vous avez dû changer des choses dans votre système de jeu ?

Louis : On devrait avoir du meilleur matos. Puis on a une nouvelle manageuse : Claire Delorme, et un tourneur : Cold Fame Records, qui viennent de nous signer. Mais on a surtout cinq nouveaux morceaux d’enregistrés !

Lucas : On compte en enregistrer une palanquée pour ne garder que le meilleur dans le but de produire un deuxième album dont le premier single est prévu pour début 2018 !

Sur Afterschool et l’ensemble de vos titres précédents, on retrouve le thème de l’enfance. Pourquoi êtes-vous attachés au fait de rester dans cette trame récurrente à la fois dans votre musique, mais aussi sur plein d’autres éléments tels que les clips, les couleurs, la ligne artistique, etc. ? Pourquoi cette période de la vie colle autant aux baskets des Idiots ?

Lucas : Disons que la nostalgie de cette période révolue nous a inspirés en tant que thématique sur l’ensemble de l’album. Ce sentiment touche tout le monde : l’idée d’un point de non-retour crée une angoisse assez particulière face au vide imprévisible qui nous attend. J’ai donc décidé de puiser à fond dans cet univers en faisant des chansons qui sortaient assez naturellement. Néanmoins le deuxième album sera plus sombre, les textes moins naïfs et forcément un peu plus désabusés. Mais j’en dis trop là… (rires)

Un groupe en grande pompe…
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
More from François Brulé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *