Lecture en cours
Garage MU, le festival des têtes brûlées

Du 11 au 13 juillet, le Garage MU Festival investit La Station – Gare des Mines pour une quatrième édition pleine d’expériences rares et singulières.

Depuis quatre ans, le postulat de Garage MU n’a pas changé : proposer une programmation audacieuse qui parcourt de long en large les scènes contemporaines à contre-courant, du rock aux musiques électroniques, en passant par le punk, la pop, et le garage évidemment.

Cette année, la part belle est délibérément donnée aux groupes internationaux, nous venant autant de l’autre côté de la frontière (l’allemand adoptif Border Menace, le duo belge Capelo), qu’outre-Manche, Méditerranée et Atlantique (les américains Triptides et les canadiens Metz, les égyptiens Panstarrs et les anglais Flamingods…). Notre bouillonnante scène nationale n’a pour autant pas été mise sur la touche puisque l’on retrouvera entre autres Tôle Froide, Sainte Rita, La Récré ou encore Elzo Durt qui présentera sa casquette de DJsetteur de techno acide.

Pour y voir plus clair, les programmateurs nous ont préparé une fantastique playlist commentée, que l’on vous laisse explorer ci-dessous.

Warmduscher

Super groupe réunissant la Fat White Family et Paranoid London, Warmduscher casse les codes lancinants du rock en passant de slows langoureux à des montées de fièvre bien punk. C’est entre John Spencer et Julio Iglesias, le tout incarné par l’Uncle Sleepover, personnage récurrent de leurs clips, cow-boy quinqua à la dégaine de hitman mafieux qui pratique le roller avec la grâce d’une danseuse étoile. C’est décalé et toujours ambigu comme seul les british peuvent l’être.

Triptides

Le groupe psyché de L.A. en est déjà à son sixième album et accompagnera le coucher de soleil sur la Station. On pense aux Byrds et à toute la vague californienne à chemises à fleurs et bottines de la fin des 60’s. Certains morceaux tirent même vers le garage rock, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Capelo

Ce duo belge, membre de l’éminent Syndicat des Scorpions, signe une synth pop ciselée et aérienne, idéale pour boire des spritz au bord du périph’. Il et elle joueront au milieu de la nuit dans le mini club pour apporter un peu de rêverie dans la musique électronique.

Utro

Les moscovites d’Utro, side project de membres du groupe Motorama, soufflent une cold wave raffinée, avec des guitares surf jouées dans des boucles d’échos d’églises orthodoxes en flamme. C’est une de nos grandes attentes du festival, d’autant qu’ils sont extrêmement rares sur scène.

Tôle froide

Ou le renouveau de la pop lo-fi lyonnaise. Signées chez nos amis du Turc Mécanique / AB Records / Mon cul c’est du tofu, on aime vraiment beaucoup leurs synthés bidouillés et ces chants scandés.

Voir Aussi

PanStarrs

Aka Youssef Abouzeid, qui viendra pour l’occasion en formation trio. Ce musicien, trop rare à Paris (les visas égyptiens sont compliqués à obtenir) est l’un des meilleurs représentants de la scène musicale du Caire. C’est grâce au précieux soutien du label Anywave que nous pouvons accueillir Youssef et ses acolytes.

Metz

Pontes du noise rock, papes de Toronto, signés chez Sub Pop, référence du genre. 

Shariff Laffrey

Il vient de Detroit, il a des connexions avec Underground Resistance, ses sets sont parfaits et ses productions butent. Voilà.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut