Lecture en cours
Fes(ses)tivités fantastiques sous la pleine lune du Festival du Film de Fesses
LOVE_WITCH_MANIFESTO21

Du 27 au 30 juin, le Festival du Film de Fesses revient pour une sixième édition sulfureuse. Cette année, le FFF reprend sa liaison avec la Filmothèque et le Reflet Médicis et séduit deux nouveaux partenaires de jeux érotiques, le Méliès, le temps d’une nuit, et Point Ephémère pour une journée Hors Les Fesses.

La programmation de cette nouvelle édition est aussi lunaire que gargantuesque. Outre des cartes blanches prestigieuses à Hélène Cattet & Bruno Forzani, Lucile Hadzihalilovic et Bertrand Mandico, on compte aussi des liaisons dangereuses avec des collectifs émoustillants (EROS&RÉSEAUX, JOURNAL D’UN ANOSMIQUE, YOU PRON, POLYCHROME et LE CINÉMA DU RÉEL), une nouvelle séance en odorama et deux Fessées à décrocher dans une compétition mondiale. Le bouillon de CULture 2019 du festival a été concocté autour d’un ingrédient principal : l’envoûtement fantastique.

Et c’est sous la lueur de sa Pleine Lune en rétrospective que ce fes(se)tin de minuit atteindra son climax mystique. Chassé un temps d’Instagram et de Facebook par la censure et sa fourche de villageois en colère, le festival, en bonne créature du Film de Fesses se tourne vers ses semblables fantasques et fantasmagoriques également persécutés pour prouver une fois pour toutes que le désir fait fi de la norme et se nourrit de l’altérité.

D’une Frankenhooker vagabonde à un Lucifer au garde à vous en passant par des sorcières dévoreuses de moral, d’étranges sirènes, des psychiatres savant-fous, beaucoup de femmes-vampires (commando Spermula et fille héritière de Dracula au choix) ou d’autres Jane Fonda à la conquête de l’amour universel, toute la panoplie du monstre d’amour y est.

Le FFF nous promet d’épouser chaque formes de la créature surnaturelle surgie des ténèbres, de la vie nocturne et d’explorer avec elles tous les terrains de prédilection des émotions érotiques: plaisirs fantômes, simple dalle ou possession bestiale, empire de passion, gouffres sans fond, dôme de plaisir, en somme, le sublime et le désir.

Plus qu’un mois pour que le plus impertinent des Fes(ses)tivals redéboule, « pour que vive l’audace, la poésie, l’impudence, le stupre, la malice, par tous les moyens » !

Voir Aussi

EVENT

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut