Lecture en cours
En attendant Omar Gatlato # 3 : Héritage et transmission

En attendant Omar Gatlato # 3 : Héritage et transmission

Au printemps 2021, 29 artistes algérien·nes ou issu·es de la diaspora sont à l’honneur à la Friche Belle de Mai dans l’exposition En attendant Omar Gatlato dont les portes demeurent fermées. Une exposition inédite et politique, que nous vous proposons de découvrir au travers d’une série de podcast, avec le soutien de Triangle-Astérides. Dans ce troisième épisode, les récits intimes deviennent collectifs, pour transmettre et raconter son histoire, en tant qu’identité algérienne ou issue de la diaspora.

Le podcast s’ouvre sur le témoignage de l’artiste Adel Bentounsi. Dans l’exposition, il présente une bibliothèque, inspirée de celle qu’avait sa grand-mère en Algérie. On trouvait de la vaisselle, des couvertures, des bougies ou des outils, mais pas vraiment de livres. Une bibliothèque comme héritage de la colonisation : « ils leur ont offert une bibliothèque, mais vide ». Avec cette pièce, dans laquelle les spectateurs étaient invités·es à déposer leurs objets, l’histoire intime devient collective.

« C’est un hommage a toutes ces grands-mères, qui ont écrit l’histoire, qui ont écrit tous ces livres à leur façon, alors qu’elles ne savaient pas lire, ni pas écrire. »

Adel Bentounsi

Témoignent aussi Halida Boughriet et Nasser Bouzid : ces deux artistes partagent leurs origines sociales – enfants d’ouvriers, issus de l’immigration – et leur passion pour l’enseignement : « des fois, je me demande si ça n’est pas plus important que l’œuvre que je fais« , explique Nasser Bouzid. Une autre façon de transmettre.

C’est également une histoire que nous transmet Louisa Babari, artiste russe et algérienne, celle de Djamila Bouhired, combattante pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Sa pièce sonore Lecture est un extrait de la plaidoirie de Jacques Verges, l’avocat de Djamila Bouhired. Le texte est déchiffré par la fille de l’artiste, alors agée de six ans : « on peut transposer ça comme si c’était le point de vue d’un enfant sur la guerre. Bien que ça ne l’est pas, c’est juste une lecture. Mais ça nous donne à voir la guerre d’un autre point de vue, et c’est d’autant plus difficile à appréhender « .


Un podcast Manifesto XXI signé Soizic Pineau et Lila Le Clanche, en partenariat avec Triangle-Astérides.

Écriture et réalisation : Soizic Pineau et Lila Le Clanche
Prise de son, montage, textes : Soizic Pineau, avec la voix de Lila Le Clanche
Avec : Adel Bentounsi, Halida Boughriet, Nasser Bouzid et Louisa Babari.
Musiques :
• Merzak Allouache, « Omar Gatlato »
• Bel Enfant, « Devinez » et « Violet » 
Visuel : Studio Akakir

Réécouter En attendant Omar Gatlato :
• Épisode 1 : la genèse
• Épisode 2 : une archéologie du présent

Voir Aussi
Les 10 plus belles pochettes de 2020

Vous pouvez retrouver les morceaux de Bel Enfant (fka Jade Set) et Albe parus en juin 2020 sur notre compilation OPEN SOURCE.

Image à la une : vue de l‘exposition En attendant Omar Gatlato. Regard sur l’art en Algérie et dans sadiaspora, Triangle-Astérides, Centre d’art contemporain, Friche la Belle de Mai, Marseille,2021.
Bibliothèque Arabe, Adel Bentounsi.
En arrière plan : Djamel Tatah, Sans titre, 1994, collection FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur © Photo Aurélien Mole

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut