Lecture en cours
La jeunesse queer d’Athènes par Kostas Vakidis

Kostas Vakidis (Instagram ici) est un photographe autodidacte qui, depuis son adolescence, immortalise la rue, les nuits, les personnages d’Athènes pour construire une archive de portraits, un témoignage d’une époque. Une mémoire queer collective et vibrante, colorée et spontanée, illustrant l’effervescence artistique de la capitale grecque. La jeunesse d’ici est décidée à se réapproprier son avenir et à faire d’Athènes un nouveau berceau d’idées, tendances, créations, et surtout d’émancipation. Entre manifestations militantes, soirées queer et fêtes entre amis, l’univers de Kostas Vakidis est immédiat, sans fioritures, recherchant une certaine sobriété qui n’enlève rien pour autant à la texture de ces images argentiques.

Manifesto XXI – Kostas, tu es grec originaire d’Athènes, peux-tu nous raconter quelle est ta relation avec cette ville ?
Kostas Vakidis : J’ai une relation d’amour-haine avec Athènes. La ville est magnifique, je trouve, mais les gens ne sont pas toujours très ouverts, même si tout compte fait, il y a de bonnes vibrations.

Comment as-tu commencé la photo ?
J’ai toujours baigné dans les arts depuis mon enfance et j’ai découvert la photographie pendant mon adolescence. Je voulais immortaliser certains moments, j’adore l’idée de construire une mémoire de tout ce que je fais avec mes amis. Je me sers de ma caméra surtout en sortant, lors des soirées notamment.

© Kostas Vakidis

Qui sont tes modèles ?
Je ne pense pas avoir de modèles dans ma vie, en-dehors de ma famille et de mes amis, des personnes réelles qui font partie de mon quotidien. Je trouve mes « modèles » dans la rue disons, ce sont les gens que je rencontre.

Dans quels moments ressens-tu le besoin de sortir ton appareil ?
Quand je sors j’ai toujours ma caméra avec moi. Je prends des photos tous les jours, des photos spontanées disons. Dans la rue, dans les clubs… C’est très libre.

Voir Aussi

© Kostas Vakidis

Comment exprimes-tu la queerness dans ton travail ?
Honnêtement, je n’y prête pas d’attention. Je suis une personne queer moi-même, donc je ne me rends pas vraiment compte, je photographie juste le monde tel que je le connais. En revanche, c’est évident que de participer à des événements queer, de prendre part aux manifestations, de militer, contribue à donner à mes photos une esthétique queer. Je suis conscient de cela. Les choses bougent ici.

Justement, Athènes semble être une ville en pleine ébullition, tu peux nous décrire un peu l’ambiance que tu perçois ?
Oui la scène artistique d’Athènes est en plein essort, comme peut-être j’essaye de le montrer. Je continue de voir émerger des artistes super intéressants, des travaux incroyables. Il y a un vrai partage d’initiatives et d’énergies, ça me rend heureux et je pense que ça rend toute la ville plus ouverte, plus joyeuse, effervescente. Beaucoup de choses se passent ici en ce moment. Le climat est propice à l’expression de soi.

© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© Kostas Vakidis
© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut