© Simon Chenut

Producteur, DJ et beatmaker, l’artiste multicasquettes Zerolex sort un nouvel EP aux influences diverses. Touché-Coulé est dispo partout.

Il y a quelque chose de Ratatat, de ces sons sans voix, qui se racontent dans nos oreilles. Touché-Coulé (Archi Records), EP entièrement instrumental, aux sonorités jazz et soul, est un mixe de saxo, de beats et de rythmes obsédants, le tout composé par Zerolex, artiste touche-à-tout qui a collaboré avec des groupes comme Holy Two et Cotton Claw (lauréat du Fair 2016 et des Inouïs du Printemps de Bourges 2015).

Touché-Coulé, Artwork © Renaud Vigourt
Touché-Coulé, Artwork © Renaud Vigourt

Remarqué pour ses premiers disques chez Eklektik et Cascade Records, le producteur de vingt-cinq ans a la passion des musiques afro-américaines, des vinyles (il possède une collection de plus de 500 disques) et des influences multiples – soul, jazz, pop et électro, de Lagos à Détroit, en passant par Abidjan, Porto Rico, Bogota ou New-York. Un voyage hors du temps, dans les années 70 et 80, où sonorités afro et funk se mêlent à la disco ou à la cumbia.

Des quatre sons de l’EP, “Les cimes” et “Touché-coulé » se distinguent particulièrement. Envolée saxophonique sur retombées en beats électro, propulsions jazzy et dramatiques, Zerolex nous embarque au gré de ces voyages sonores, avec naturel et légèreté. Tout s’imbrique à l’oreille, même les styles les plus éloignés – comme un DJ, dont l’enchaînement des tracks en soirée va de soi. Ça tombe bien, puisque c’est son second métier.




Par Daniel Transat

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut