Lecture en cours
Régina Demina. Un été meurtrier obscurément dansant
reginademina2-manifesto21

Trois titres, d’une poésie sombre et complexe. C’est ce que nous offre Régina Demina. L’artiste protéiforme, comédienne de formation, danseuse, plasticienne ou encore performeuse, s’associe avec Marc Collin et Sentimental Rave pour déverser ses textes sensibles dans une première sortie chez Kwaidan Records. La femme aux milles personnages et facettes y parle, parfois robotique et sans âme, parfois aérienne sur des prods obscurément dansantes. Le titre de l’EP est une personnification de ce contraste, annonce de la trame narrative : L’Été meurtrier. Comme elle le dit dans « Stockholm » : « C’est sombre et c’est beau ».

L’EP s’ouvre sur une flamme, « Pyromane ». Le ton est donné, c’est la beauté de la destruction, la brillance de la blessure. La violence est délicate, et la mort est en filigrane, entrecoupée d’incantations presque névrotiques sur ces sons électroniques obsessionnels. On suit avec « Stockholm », collaboration avec la talentueuse Sentimental Rave. Cette fois-ci on s’enfonce dans une atmosphère de cimetière. Une froideur nordique qui enchaîne sur une reprise délicieusement glacée de « Tandem » de Vanessa Paradis. Une touche finale de romantisme façon Régina Demina, on reste sur notre faim, on en veut plus.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut