Lecture en cours
Metta, design éthique pour toustes

Metta, design éthique pour toustes

D’abord né comme un projet de design inclusif, Metta tend à devenir une plateforme multidisciplinaire engagée sur plusieurs causes dont l’égalité des genres, la mise en avant des personnes queers, et les vêtements et objets éco-responsables.

C’est dans des expositions, des événements queers, des lieux de résidence comme le Château de la Haute Borde, que nous avons découvert les pièces de la marque Metta. Des t-shirts aux messages drôles et engagés, des objets de design éco-responsables… Nous avons rencontré Justine Tran, sa fondatrice, pour en savoir plus sur ce projet inclusif qui veut rendre la mode éthique accessible à toustes.

Metta
Justine Tran

Manifesto XXI – Peux-tu nous raconter comment est né Metta ?

Justine Tran : Metta est un projet que je voulais d’abord collaboratif. Je n’ai pas démarré avec l’idée de créer une marque de mode. Je voulais réunir des talents féminins, me connecter à elles et créer quelque chose de féministe à plusieurs. Par la suite, et comme je viens du milieu de la mode, je me suis dit : pourquoi ne pas faire une marque éthique ? Étant donné qu’il y en a déjà énormément sur le marché, ce qui m’importait était qu’elle soit financièrement abordable.

Je veux créer une alternative aux marques de jeunes designers qui sont certes éthiques, mais souvent hors de prix.

Justine Tran, Metta

Au fil du temps, j’ai mûri et l’environnement dans lequel on vit a évolué, donc d’autres causes se sont ajoutées au projet. Il y a quelques années, on parlait encore très peu d’unisexe et de transidentités. Aujourd’hui, on assiste à une résurgence de visibilité inédite des personnes queers. Dans mon travail au quotidien, je m’entoure toujours de personnes qui partagent les mêmes valeurs sur l’égalité des genres et la queerness. Au niveau des équipes, quand on fait des shootings par exemple, on tend à rester inclusif·ves. C’est formidable de pouvoir travailler avec des personnes qui s’intéressent au projet avant tout pour la cause qu’il porte plutôt que pour l’argent. Tout cela crée une dynamique valorisante pour tout le monde.

Quels sont tes modes de production ?

Tout le travail au départ a été d’échanger avec les prestataires, de faire et refaire les processus de production pour créer du local et du clean à moindre coût. Par exemple, pour les objets de design en bois, j’ai entamé des discussions avec les ébénistes pour trouver une manière de réduire l’ensemble des process à chaque étape de la chaîne de production. Tout a été repensé pour que les prix s’alignent sur quelque chose d’accessible. 

Pourquoi cette volonté d’un design très basique pour les vêtements que tu conçois ?

C’est une démarche à la fois engagée et éco-responsable. Quand le design des vêtements est basique et convient à tous les genres, tu peux partager ton vestiaire avec ton ou ta partenaire, donc tu achètes moins. Ça me permet aussi de ne faire qu’une seule collection, et non pas une « hommes » et une « femmes », une « hiver » et une « été »… J’ai également choisi d’être hors saisons et hors collections afin de me permettre de ne pas être dans la surproduction et pour éviter de rentrer dans un système cloisonnant. Dès que tu rentres dans le système des collections, tu es obligé·e de produire beaucoup et de potentiellement perdre des stocks. En outre, tu dois avancer de l’argent pour produire et si tu n’as pas encore fonds de roulement, cela amène inévitablement à énormément de gâchis. 

Metta
Photo © Barrere et Simon – Château de la Haute Borde

L’unisexe peut aussi se retrouver dans les formes de vêtements. On peut décloisonner les designs genrés. Dans tes projets à venir, aurais-tu envie de développer des robes unisexes par exemple ?

Pour l’instant, le concept est d’aller chercher des formes et du confort qui au départ étaient destinés aux hommes et de les proposer aux femmes. Je ne suis pas encore rentrée dans un processus de recherche et développement de formes qui conviennent à tous les genres, je pense que c’est carrément un autre métier. 

Comment as-tu pensé ces messages sur les t-shirts ? 

C’est quand j’ai pris conscience de la sous-représentation des minorités dans le milieu de la mode que j’ai eu envie de lancer Metta. Mais je ne voulais pas faire un état des lieux austère de la situation. C’est pour cela que j’ai créé des messages fun pour mes t-shirts. C’est aussi comme ça qu’on se remet des drames : avec un peu de légèreté. J’ai réalisé une recherche de slogans avant de démarrer et ai préféré m’éloigner des messages féministes trop évidents, pas forcément constructifs, comme « I AM A FEMINIST ».

Surtout qu’aujourd’hui beaucoup de marques de grande distribution se servent de ce genre de phrases pour du feminist, queer et green washing. 

Exactement, et moi je voulais que ce soit catchy et amusant tout en étant subversif. 

Metta
© Metta

Tu as aussi créé des chaussures en bois… Incroyable ! On peut marcher avec ?

Oui, c’est du bois de hêtre français ! Ce sont plutôt des chaussures d’ornement ou pour des shoots, des garden parties… (rires) Mais pas pour crapahuter dans Paris toute la journée ! L’idée était de ramener le design à la maison. J’ai aussi sorti un briquet de table en bois brûlé – technique japonaise ancestrale appelée shou sugi ban, qui apporte à l’objet du quotidien une dimension véritablement « design ». Plus qu’une pièce utile dont on va se servir quelques fois puis la jeter à la poubelle, c’est un objet durable qui reste à la maison, à la fois pratique et décoratif. Plus besoin d’acheter vingt briquets, tu gardes cette pièce chez toi et tu la recharges au besoin. 

Voir Aussi

Peux-tu nous parler de tes engagements écologiques ? 

Les t-shirts Metta sont certifiés en coton bio GOTS, labellisés STANDARD 100 by OEKO-TEX® et approuvés vegan par PETA. Les bois sont issus d’une gestion forestière durable. Je m’attache à toujours me tourner vers des matières labellisées. Cela est évidemment plus cher et entraîne plus de recherches en amont car il faut faire le tri parmi les différentes appellations. Mais c’est nécessaire car l’éco-responsabilité est un engagement fondamental pour Metta. 

J’ai vu que tu avais un petit onglet « TV » sur ton site, qu’est-ce qu’on va pouvoir trouver dessus ? 

J’aimerais mettre en place une plateforme de video streaming. En discutant avec des ami·es vidéastes, nous avons remarqué qu’il n’existe actuellement pas vraiment d’espace pour être mis·e en avant sur le web quand on est un·e artiste indépendant·e. L’idée est de pouvoir mettre en avant des projets innovants qui ne trouvent pas leur place ailleurs.

Metta
Photo © Anne-Sophie Guillet

Tu as un goal final sur le projet ou tu avances au jour le jour ? 

Metta est rythmé par les lancements de campagnes, tout en étant seasonless. La campagne de t-shirts, par exemple, a été lancée dans le but de réaliser des dons à l’association internationale UN Women (qui fournit des subventions à des programmes novateurs à fort impact dont le Fund for Gender Equality). Pour le Pride Month 2021, on a shooté des nouveaux éventails unisexes avec mon amie photographe Anne-Sophie Guillet, conçus en collaboration avec l’illustratrice Marie Casaÿs. En évoluant en marge du calendrier de la mode, je reste libre de faire des projets par envie et non par obligation. 


Suivre Metta : site, Instagram.


Image à la Une : © Barrere et Simon – Château de la Haute Borde

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut