Lecture en cours
Mansfield.TYA, Franky Gogo, Hassan K… Catch-Up Clips #40

Mansfield.TYA, Franky Gogo, Hassan K… Catch-Up Clips #40

Manifesto 21 - Clips
Ça y est : notre rendez-vous bimensuel des meilleurs clips est quarantenaire. On a l’envie de croire que les grands noms du moments (Mansfield.TYA, Franky Gogo, ou encore Brockhampton) ont synchronisé leur calendrier pour marquer le coup. Mais le catch-up clips, c’est aussi vous montrer de nouvelles têtes, et ça, ce n’est toujours pas prêt de changer.
Mansfield.TYA x Odezenne – Une danse de mauvais goût

« C’est aussi célébrer la vie que de parler de la mort. », nous disait Rebeka il y a peu. Mansfield.TYA a invité Odezenne à partager « Une danse de mauvaise goût », dans un clip teinté d’une douceur mélancolique. Grosse bagnole sponsorisée « Red Mort », étalon nerveux et lit couvert d’une gerbe de fleurs accompagnent les protagonistes dans un ballet tourbillonnant d’émotions. Frissons, cœur serré, larme à l’œil ; laissons donc danser nos corps remplis de vie pour célébrer la mort.

Franky Gogo – The Purple Rest

Prenez votre place pour la « Love Machine », une expérience multisensorielle qui vous donnera le vertige. « You look at it and you love it » nous assure un employé à l’air un peu détaché dans ce clip. On y observe un homme en costume orange, s’approcher et jeter un œil dans les rayons lumineux et chauds de cette machine. L’attraction est immédiate. Un jeu employant Franky Gogo sous différentes formes et apparitions, donnant cette romance fantasque cinématographique, bien trop fascinante, qui s’achève sur une apothéose de larmes d’ivresse. L’amour est palpable.

Hassan K – Gardgiri

Extrait de son album Isteghna aux inspirations et références éclectiques (dans les bacs le 30 avril), Hassan K, projet décrit comme un one-shaman-band, propose avec « Gardgiri », une hybridation fuzzy surf-rock aux sonorités orientales et à l’approche psychédélique, ponctuée par des phases orchestrales dominées par les cuivres, évoquant parfois la fanfare. Concernant l’animation en 3D qui illustre son clip, l’artiste a mandaté Clotilde et Adrien, anciens étudiants à l’École Supérieure d’Art de Cambrai, pour un résultat épique où le comique se mêle à la symbolique des chimères invoquées.

Brockhampton – Buzzcut ft. Danny Brown

Après deux ans de quasi-silence radio, le collectif de rappeurs originaire du Texas annonce enfin son grand retour. Brockhampton fait appel pour l’occasion à Danny Brown, figure actuelle de l’alternative rap américain. Les quatorze artistes et leur invité nous entraînent dans un délire psychédélique sur les traces des clips de rap pixélisés et saturés de la fin des années 1990. Une balade sous LSD qui invoque le soleil de Cypress Hill, l’Atlanta des Outkast et l’ancien programme Pimp My Ride de Xzibit. « Buzzcut » a précédé la sortie du dernier opus de Brockhampton : Roadrunner: New Light, New Machine, disponible à l’écoute depuis hier.

Sons Of Kemet – Hustle ft. Kojey Radical

« Hustle » du quatuor anglais de drum & brass Sons of Kemet et du poète Kojey Radical, est le premier single de l’album Black to the Future à paraître en mai. Dans ce clip réalisé par Ashleigh Jadee, le duel chorégraphique que se livrent les sœurs Jaiy à travers la banlieue londonienne et les clairières obscures se mue progressivement en une danse à l’unisson, symbolisant ainsi la lutte intestine qui précède la réconciliation et le renaissance de soi.

MOUTARDE & MIEL – LE BRASIER

Des plans longs mais hypnotiques, de la neige mais un son encore plus chaud qu’un feu de cheminé, une romance qui se finit à coup de pelle … Vous l’aurez compris, ce clip qui accompagne l’extrait du dernier projet de Moutarde & Miel est rempli de paradoxes. Mais que cela fait plaisir de voir que les artistes de nos régions peuvent sortir des tracks rnb d’une grande classe, filmé à la verticale – oui, avec les bandes noires sur les côtés – non, pas comme les clips de campagne BDE filmés avec des téléphones – oui, ça y est, tu l’as : un peu comme le Snyder’s Cut de Justice League, voilà.

Voir Aussi

Bonus : Namoro – Dance in the dyke

Entrez dans le cabaret queer du duo le plus dyke de Paris : Namoro. Au programme derrière une énigmatique porte de cabaret fermée : drag King et Queen lookés à l’extrême, néons fluo et paillettes. Bref, une ambiance club kid endiablée performée par Bili Bellegarde et Mascare, les deux artistes du duo, dans le mythique cabaret de l’Œil, gardien des secrets les plus renversants de la capitale.

Par Michel-Angelo Fedida, Géraldine Faure, Eva Fottorino, Selma Nem, Gabin Morvan, Robin Gillet et Laure Thébert.


Tu as aimé cet article ? Soutiens Manifesto XXI ! 1 don = + de poésie dans ce monde

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut