Lecture en cours
M3C : 300% kawaii

M3C : 300% kawaii

Manifesto 21 - M3C
M3C est une trouvaille pop électro mi-kawaii mi-witch (en marketing on appelle ça un marché de niche). Quand elle sortait son deuxième single « Ken » en exclusivité sur Manifesto XXI, on ne se doutait pas qu’un an après, nous allions parler de Jul, Sailor Moon ou encore SOPHIE avec elle. Rencontre avec la « twisted sister » de Britney.

Alors qu’en ce début d’année, nous vous dévoilions la liste des artistes à suivre en 2021, se dressait une toute jeune artiste bordelaise : M3C. En dévoilant ses titres au compte-gouttes, cette artiste intrigue par son électro-pop peu conventionnelle et son univers très référencé kawaii. Mais l’artiste ne séduit pas que les adeptes de cosplay ou les fans de mangas : Mansfield.TYA lui avait proposé de faire leur première partie pour un de leurs concerts à Bordeaux (initialement prévu en mars, reporté le 29 septembre). Mais qu’a-t-elle donc de si fascinant ? Nous avons décidé de commencer d’emblée cet entretien par une question qui nous tracassait.

Manifesto XXI – Ken, les « porno boys »… d’où te vient cette obsession pour les corps masculins si musclés ?

M3C : Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je ne suis pas attirée par les énormes masses musculaires. Quand je décris mes porno boys, je parle de leurs cheveux mi-longs (« Pornboy ») et de leurs yeux maquillés (« Ken »). N’importe qui peut être le porno boy de l’autre. Chacun·e est libre de choisir son Ken ou son Pornboy.

Dans tes productions, on sent que tu explores une electro-pop qu’a initiée la productrice SOPHIE, en jouant sur les textures sonores et en s’affranchissant des constructions classiques de ce style. Sa disparition t’a-t-elle affectée ?

Effectivement, plus j’avance et plus l’intérêt pour la musique électronique prend une place importante dans mes morceaux. Je suis actuellement en recherche de ma propre identité sonore. Je travaille à moduler et façonner des sons, comme l’a fait SOPHIE. Sa disparition m’a beaucoup affectée, comme beaucoup de monde autour de moi. Je suis peinée que son évolution musicale, qui a révolutionné la pop et créé un nouveau genre, soit interrompue si tôt.

C’est toi qui composes tes propres productions de A à Z ?

Oui et non. Je compose mes morceaux, je crée le corps du morceau ainsi que les voix, puis je les passe à mes deux acolytes, qui les « destroyent » et les façonnent. Mes deux porno boys, Vampi (de Daisy Mortem) et Pakun Jaran. Je suis une grande mélomane, je compose énormément de morceaux, beaucoup de mélodies, et bosser avec eux m’apprend énormément en termes de genre musical, de rythmes et de mix.

Dans le premier titre que tu as dévoilé il y a un peu plus d’un an, « Pornboy », on retrouve des sonorités qui se rapprochent des productions de Jul (à mi-chemin entre le hip-hop et le kuduro). Aujourd’hui, cette vibe est partout. Avais-tu anticipé ce boom ? Collaborer avec un rappeur de cette scène un jour te semble-t-il envisageable ?

Je n’écoutais pas Jul quand j’ai composé « Pornboy » mais en vérité j’aime certains de ses morceaux. C’est vrai qu’avec du recul, la vibe du refrain s’en rapproche. Je suis ouverte à toute collaboration, je ne me donne pas de limite de style. J’ai collaboré avec Le Fléau des Vignobles en chantant en latin sur des sons électro-médiévaux, donc tout est possible si le crush musical est là.

Le désir et l’amour sont pour moi très liés. Je suis un M3C romantique.

M3C

Dans ton dernier morceau « Censure », tu nous incites à justement… briser nos censures. C’est quoi cette « censure » que l’on s’inflige soi-même ?

Je parle de censure de sentiments mais, comme pour « Pornboy » et « Ken », le propos n’est jamais à sens unique. Chacun·e est libre d’y trouver sa propre interprétation.

Ton univers croise le kawaii avec la sorcellerie. Que représente la magie pour toi ?

J’ai été une très grande fan de manga, dont la magical girl, qui est présente d’ailleurs dans le clip de « Pornboy » avec Sailor Moon. Donc effectivement le kawaii est à 300% avec moi, et la magie aussi.

Voir Aussi

Dans les trois titres que tu as dévoilés, le sujet du sexe revient souvent. C’est un sujet qui te tient à cœur ?

Le désir et l’amour sont pour moi très liés. Je suis un M3C romantique.

Quels sont tes projets à venir ?

Un EP, des feats, des collabs, plein de choses torrides.


Suivre M3C : Instagram / Soundcloud / Facebook / Youtube

Photo à la une : © M3C

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut