Il faudra marcher encore longtemps pour dire « Nous Toutes »

liberté_égalité_sororité_nous_toutes_manifesto21
Le 25 novembre 2017 © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Samedi 24 novembre 2018 promet d’être une journée d’intense mobilisation. Deux couleurs vont habiller l’actualité de cette journée, le jaune et le violet. Hasard de calendrier et malchance, la colère des gilets jaunes que personne n’avait vu venir, truste toute l’attention médiatique depuis une semaine. Au détriment de Nous Toutes, la marche contre les violences sexistes et sexuelles, pourtant prévue de longue date.

Pour relever le défi de réactiver la dynamique #metoo en France, Nous Toutes mise sur un mot d’ordre simple, et une stratégie de communication efficace et actuelle. Mais la veille de la manifestation, les tensions inter-associations rappellent bien que le féminisme s’accorde aujourd’hui plutôt au pluriel.

Une campagne violette et digitale

Mouvement lancée pendant l’été 2018, Nous Toutes a suscité un certain enthousiasme. Le choix de la date était déjà un symbole, la veille de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre. Alors que les effets de #metoo en France se sont en gros résumés à des “On ne peut plus rien dire”, avec le droit d’importuner revendiqué par certain-e-s, l’idée a de quoi séduire. Et mobilise, grâce à un ensemble de personnalités médiatiques, culturelles plus que politiques. Les organisateurices de Nous Toutes ont investi tous les espaces numériques, Facebook, Twitter et Instagram et surtout ont mis en place une stratégie d’influence mixte assez inédite, avec l’utilisation des médias traditionnels pour les grandes annonces et la production de contenus spécifiques sur les médias sociaux.

Le 8 octobre, 600 femmes appelaient à faire “cesser l’impunité” sur France Info. En deux mois, les soutiens se sont progressivement déclarés publiquement : Lauren Bastide, Rokhaya Diallo, Martin Winkler, Muriel Robin, Hapsatou Sy…  Vient aussi la mobilisation de dix Youtubeuses. Sur les réseaux, Nous Toutes a d’abord martelé des témoignages, les chiffres des violences faites aux femmes puis privilégié des posts en forme d’infographie pour diffuser les consignes pour la manifestation.

nous_toutes_mineurs_manifesto21

Nous Toutes appelle clairement à porter du violet samedi, une couleur historique et peu exploitée du féminisme. Les Suffragettes anglaises utilisaient des cocardes violettes (ok mauve selon certains) et vertes. Si les manifestants de ce samedi n’ont pas de vêtement à cette couleur, Nous Toutes dit fournir des foulards, ce qui n’est pas sans rappeler le mode de mobilisation des Argentines pro-avortement et leurs foulards verts. Alors que la date de la manifestation approche, paraissait lundi 19 novembre une nouvelle tribune sur France Inter « Nous ne voulons plus des violences sexistes et sexuelles » avec tout un gratin de personnalités rassemblées et d’ailleurs toujours peu de personnalités politiques, à l’exception de la député France Insoumise Clémentine Autain. Encore ce matin vendredi 23 novembre, sur France Info parait une tribune signée par 400 femmes journalistes qui appellent à manifester le 24.

Nous Toutes mais Nous Aussi

Dans la liste de la tribune sur Inter, on retrouve aussi le nom de Caroline De Haas que la rumeur disait derrière Nous Toutes sans que cela soit clairement dit. La militante qui avait disparu des radars depuis 9 mois suite au cyberharcèlement qu’elle subissait, avait accordé une interview au Monde sur #metoo un an après, le 4 octobre, quelques jours avant la publication de la tribune des 600 donc. Nous Toutes a en apparence tout d’un mouvement citoyen, propulsé par la plateforme change.org. Pourtant, les tensions entre les associations et les sensibilités sont également bien visibles. Sur Slate, la journaliste Aude Lorriaux rappelle à juste titre que contrairement aux années 70, les tendances sont beaucoup plus atomisées, représentatives de réalités différentes, qu’avant.

tuto_noustoutes_manifesto21

Nous Toutes se voulait sans doute un mot d’ordre en soi, un appel au rassemblement aussi évident que #metoo. Or cela n’est pas évident, sans la même spontanéité. Et le 30 octobre, Nous Aussi, un ensemble de collectifs appelait sur Mediapart à former une tête de cortège politique pour “construire un vrai rapport de force”. Les signataires (dont Manifesto XXI), rappellent la nécessité d’une véritable intersectionnalité des luttes, aux côtés d’associations et collectifs comme Act-Up, Acceptess Transgenre, le Witch Bloc, Le seum, Lalab, le Strass…

Alors même qu’une enquête publiée dans Le Monde rappelait que les travailleurses du sexe, pourtant plus exposées aux violences sexuelles, restent largement exclues de #metoo en France, le clivage abolitionnistes/pro-sexe divise les associations. En réaction au texte de Nous Aussi, le collectif féministe radical Combattante-s contre le patriarcat répond #PasToutes et refuse la marche pour justement ne pas défiler aux côtés d’associations jugées pro pornographie et proxénétisme. Une initiative qui montre bien à quel point la question du corps et de la valeur du corps féminin reste une question brûlante pour les principales intéressées. Cette position est partagée par Ni putes ni soumises qui s’abstient également de défiler, alors que l’association Osez le féminisme, se distingue donc les 22 et 23 novembre sur 2 événements consacrés aux survivantes de la prostitution.

Nous Toutes, et Nous Aussi auront tout de même bien lieu dans une cinquantaine de villes, une réussite que l’on doit saluer. C’est au final assez peu anodin qu’un appel au rassemblement sur une lutte qui devrait être considérée comme universelle ravive des tensions historiques. Elles reposent avec acuité la question de l’unité dans la diversité, de la solidarité entre les sensibilités. Une question qui se posera dès le lendemain, pour que quelque chose puisse concrètement ressortir de cette mobilisation. Un problème qui semble insoluble sans espace de dialogue. Rassembler ne peut pas vouloir dire l’unité absolue, mais au moins proposer des espaces de rencontres. Pourvu que nous marchions.

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  • 39
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    40
    Partages
More from Apolline Bazin

Les délicates métaphores d’Henn Kim

Henn Kim fait partie de ces illustrateurs que vous pouvez découvrir d’un...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.