Lecture en cours
May Hi, Sleaford Mods, Bottler… Catch-Up Clips #22

May Hi, Sleaford Mods, Bottler… Catch-Up Clips #22

Manifesto 21 - May Hi

Que s’est-il passé depuis deux semaines ? Pas grand-chose hormis deux ou trois détails : on peut sortir dans la rue sans attestation, 6ix9ine, lui, est sorti de taule, mais ce sont surtout des super clips qui sont sortis. Du rap percutant (avec May Hi et TOBi), un live de Sleaford Mods dans un troquet ou encore un véritable court-métrage d’animation entre Sin City et Metropolis… Nous déclarons la 22ème cérémonie des Catch-Up Clips ouverte.

May Hi – Autonomie

Punchlines acérées et flow engageant, May Hi est une valeur notoire pour le rap game. Déjà connue pour son premier EP In Another World en 2014, Lovely Mind en 2015, et un featuring avec S.Pri Noir, l’artiste livre « Autonomie », le premier titre de son nouvel EP. Un clip qui met à l’honneur un girl squad pimpé, et un mélange de « neo-soul, trap et rap » dont May Hi est la digne héritière. Nul doute que la chanteuse « brille en toute autonomie » dans ce morceau où elle certifie que « tu [l]’appelleras pour ton prochain album ». Classe.

Sleaford Mods – Second

Le duo electro punk Sleaford Mods, chantre de la working class, est de retour pour un nouvel album intitulé All That Glue. Pour teaser ce retour discographique annuel, le titre « Second » a le droit à son clip, où les actrices britanniques Kate Dickie et Emma Stansfield campent les alter ego de Jason Williamson (chant) et Andrew Fearn (prod.), pour une parodie d’open mic dans un café hipster à l’ambiance cosy et à l’antipode de la scène underground d’où a émergé le duo. Outre cette prise de position qui suggère que la complainte sociétale rageuse n’est pas l’apanage des hommes, on retiendra le T-shirt d’Emma Stansfield sur lequel est inscrit « Still Hate Thatcher » [on déteste toujours Thatcher], totem du libéralisme, architecte de la désindustrialisation et symbole de l’inégalité sociale dans l’Angleterre contemporaine.

Bottler – Weekend

Le duo Bottler originaire de Brooklyn, fraîchement signé chez Infiné, dévoile le clip « Weekend » réalisé par l’artiste new-yorkais Dylan Goodsell. La vidéo animée évolue dans un univers cyber-punk en noir et blanc empruntant ses influences cinématographiques à John Carpenter ou encore David Lynch. Celle-ci nous plonge au sein d’une ville qui, à force d’admiration et de culte envers les antennes TV, se fait petit à petit régir par l’une d’entre elles, semant la peur et la panique parmi les résidents.

Rone – Nouveau monde

Alors qu’une nouvelle fenêtre s’ouvre sur le monde, Rone présente la vidéo accompagnant « Nouveau monde », titre issu de son dernier album Room with a View. Le morceau original laisse entendre les pistes de réflexion de l’écrivain Alain Damasio et de l’astrophysicien Aurélien Barrau sur la fin d’un monde et la définition d’un nouvel imaginaire. Mais, pour le clip documentaire, le réalisateur Jérôme Clément-Wilz a laissé place à l’effervescence colorée du carnaval de Jacmel en Haïti. Dans une « communion folle, poétique et syncrétique », nous sommes plongé·es au cœur d’une transe collective hypnotique, à l’image du spectacle avec (La)Horde. On n’a qu’une hâte : de nous aussi retrouver ces foules, ces magmas de corps qui se déchaînent au son de l’électro.

Chichirama – Hell Will Take Care of Her

Initialement le titre « Hell Will Take Care of Her » provient d’un groupe des 60’s baptisé Brass Buttons, mais Chichirama personnalise tant sa reprise, que la version de garage rock psychédélique qui en résulte en devient presque une composition originale. Ce premier single, issu de leur EP Epic Fail (Lo-Fish Records) prévu pour l’automne 2020, a été monté avec les images d’un documentaire sur le train surfing en Inde, sport extrême qui procure des frissons au visionnage de ces amateurs aguerris.

Khruangbin – Time (You and I) 

Dans le vidéo-clip qui accompagne « Time (You and I) », le duo Khruangbin brave la grisaille et la morosité des grandes villes avec humour et finesse. Leur déambulation dans des lieux publics trouve sa finalité dans la construction de châteaux de sable sur un trottoir, sur les allées piétonnes d’un parc ou au bord d’une fontaine. C’est avec ludisme que Khruangbin chasse la pluie pour prodiguer un rayon de soleil chaleureux.

Voir Aussi
Manifesto 21 - Agnes Obel
Jazzboy, Agnes Obel, Birds on a wire… Catch-up clips #13

TOBi – 24 (Toronto Remix) 

Pour le « Toronto Remix » de son titre « 24 », TOBi a fait appel aux noms les plus importants de la scène hip-hop et rap de Toronto. Nous suivons les pas de Ejji Smith, Jazz Cartier, Haviah Mighty, Shad et TOBi lui-même, les cinq protagonistes de ce clip. S’entourant de talents variés et présentant les paysages divers de la ville canadienne, ce visuel est un symbole fort contre les violences policières injustifiées et le profilage racial.

Bonus : Karol – Red Carpet (ft. Future & Gunna)

Plus les années passent, plus le temps semble nous filer entre les doigts. Karol, artiste originaire de Montauban, transfigure cette angoisse dans son premier clip « Red Carpet » réalisé par Alexandre Delalleau et Benjamin Gommard. Le protagoniste, obsédé par son horloge, se fait happer par les tableaux qui l’entourent, se retrouvant piégé dans une autre réalité, là où le temps semble s’être arrêté.

Par Michel-Angelo Fedida, Adélaïde de Cerjat, Laure Thébert, Géraldine Faure, Camille Laurens & Arthur Blandin.

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut