Themba Mbuyisa. Jeune talent de la photographie sud-africaine

© Themba Mbuyisa pour ELLE South Africa - Septembre 2016

C’est d’abord grâce à la photographie de mode dans le cadre de sa contribution régulière pour ELLE South Africa que Themba Mbuyisa, jeune photographe originaire d’Afrique du Sud, expose son identité artistique. Après le lycée, il commence un diplôme en informatique qu’il doit malheureusement interrompre. Il profite d’une année de césure pour « explorer d’autres opportunités que le chemin académique traditionnel ». C’est en intégrant le Market Photo Workshop en 2013 qu’il étudie la photographie et en fait son domaine de prédilection. Nous découvrons son univers pour la première fois à l’édition 2017 du Festival de Mode et de Photographie d’Hyères.

©Themba_Mbuyisa_Manifesto_21
©Themba Mbuyisa « Siyabonga » from « Africa Rising »

Manifesto XXI – Pourquoi as-tu choisi la photographie pour exprimer ta créativité ?

Themba Mbuyisa : La photographie est un médium artistique égoïste : une fois que tu commences et que tu adores ça, tu peux être sûr que tu vas y consacrer tout ton temps. Finalement, c’est comme si elle devenait ta seconde nature.

Tu pourrais nous expliquer un peu toutes tes activités ? La mode, la photo d’art…

La plupart du temps, je fais de la photo d’art pour pouvoir aborder des sujets dont on ne parle pas assez mais qui, pourtant, nous entourent. J’utilise l’autoportrait pour montrer que je fais partie de la solution, tout comme du problème. Le processus de création de ce type de photographie est plus long, beaucoup de réflexion est engagée. Il y a donc une attention particulière donnée à la fois à la création et au partage. La photo de mode, elle, me permet de présenter ce qui est actuel, c’est plus constant et le processus de création est plus rapide. C’est seulement maintenant, après le Festival d’Hyères, que je commence à trouver une réelle combinaison entre mon propre style et des concepts piliers de la photographie.

Themba Mbuyisa Manifesto 21
©Themba Mbuyisa Closer to Home, self-portrait with a bald girl from « Arrested Development »

Quel est le point commun entre tous tes projets ?

Le portrait d’une jeunesse perturbée.

Qu’entends-tu par « jeunesse perturbée » ?

Ce texte que j’avais écrit pour mon projet « Arrested Development » éclaire cette idée :

Donc j’amène une fille chez moi, je sais déjà ce qu’il va se passer entre nous, parfois c’est sympa. Mais dans ma tête, le « sympa » ne dure pas toujours, donc j’ai peur de la laisser entrer.

Je me suis toujours demandé pourquoi mon père avait quitté ma mère et à chaque fois, je me demande si je serai un jour comme lui.

J’essaierai peut-être encore demain. 

Je suis dans ma vingtaine maintenant, je suis supposé avoir ma propre vie en dehors de la maison familiale et avoir une relation stable un jour. 

Ce travail interroge la peur de s’engager dans une relation, les événements qui gravitent autour d’elle et les confusions qu’elle peut apporter dans une vie. Le projet fait écho à ce que je ressens lors de cette transition dans les relations, mais je déteste ce sentiment d’être stupide en me réveillant le matin, ce sentiment de culpabilité face à ce qui s’est passé.

De mes expériences personnelles, j’ai construit des sortes de grilles, tant émotionnelles que physiques. Finalement, mon corps de travail inclut ces grilles et est capable de répondre selon différents niveaux, cinématographique par exemple, d’où le noir et blanc, un peu surréaliste. Lorsque tu penses à une relation, soit tu crois en elle, soit tu l’as vécue, soit tu l’imagines.

J’ai finalement créé une série de photos autoportraits, prises dans la nuit avec des femmes avec qui j’avais passé la nuit. Les scènes en extérieur sont, à l’inverse, colorées, montrant un homme en quête de quelque chose, parfois de poésie, comme si quelque chose venait de se produire ou allait se produire. Le noir et blanc sert de grille pour les intérieurs, comme on choisit souvent ce que l’on veut emmener dehors quand on est invité chez quelqu’un.

Une chose que tu attends absolument d’un modèle lors d’un shooting ?

La plupart du temps, je souhaite que mes modèles soient dans leur état le plus naturel possible et en accord avec le décor.

Themba_Mbuyisa_Manifesto_21
©Themba Mbuyisa « Self-Portrait » from « Arrested Development »

Tu as gagné plusieurs prix, dont le « ELLE Style Reporter 2016 » : qu’est-ce qu’un bon style reporter ?

Un bon style reporter raconte des histoires, il est ouvert pour apprendre, capable de dénicher des tendances et de les réinvestir avec son propre style, que ce soit dans la photographie ou dans la manière de s’habiller.

Le meilleur compliment que tu aies eu jusqu’ici ?

« Quand je vois ton travail, je crois que l’Afrique est prête pour les jeunes talents, peut-être qu’il y aura bientôt une édition africaine de Vogue. »

La meilleure critique ?

« Ce n’est pas une mauvaise chose de dire non à quelques “opportunités”. »

La pire critique ? 

« Tu es un trop jeune artiste pour aller au Brésil et participer à une résidence, même si tu as été accepté. Essaie la prochaine fois. »

Quatre images qui représentent ton mood du moment ?

La perception de Jessica Craig-Martin est en accord avec mon mood continu !

Jessica Craig Martin Manifesto 21

Jessica Craig Martin Manifesto 21
© Jessica Craig-Martin

Une photo vers laquelle je reviens sans cesse : une de Santu Mofokeng, qui fait véritablement croire au concept d’art en photographie.

© Santu Mofokeng

Je pense que je dois parler le même langage qu’Antoine d’Agata, mais toute cette peur s’estompe toujours plus à mesure que je suis exposé au concept dans la photographie.

© Antoine d’Agata

Une tendance en mode que tu aimes ? Que tu détestes ?

J’adore les pompons sur les pantalons pour les hommes et sur les chaussures pour les femmes. Je crois que je n’aime pas trop le piercing anneau nasal, je ne sais pas si c’est toujours à la mode, mais je vois des gens en porter. Et aussi, je n’aime pas du tout le faux maquillage taches de rousseur.

Et pour le futur ?

Je recommence tout juste ma photographie artistique pour mon exposition personnelle, qui est toujours un rêve pour l’instant, mais il se réalisera. Comme je continue ma contribution pour ELLE Magazine South Africa, je profite de cette chance et de ce cadre pour mettre en avant mon style, mais aussi les thèmes et les concepts qui me tiennent à cœur.

Themba Mbuyisa Manifesto 21
©Themba Mbuyisa « Wendy House » from »Arrested Development »

INSTAGRAM

SITE

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Gaëlle Palluel

Les Parisiens : Made in Paname

Le Made in China, ça suffit. Les Parisiens, c’est une marque streetwear...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *