RENCONTRE AVEC CLICHÉ

En prémisse des Bars en Trans, nous avons rencontré les Bordelais de Cliché.

« >

MXXI – Pourquoi Cliché et pourquoi ce nom à double sens ?

Eloi – Justement pour le double sens. On voulait quelque chose d’assez facile à retenir. On aime bien qu’il y ait quelque chose d’un peu photographique dans nos morceaux. C’est un instant, un moment. On aime bien flirter musicalement avec les clichés.

MXXI – Comment définir votre style de musique ?                                

Hervé – Des chansons en français, à notre sauce. Eloi écrit les textes en français, mais on a une culture assez anglo-saxonne. Cliché c’est un petit mélange de tout ça. On peut dire qu’on fait de la pop en français légèrement teintée d’électro.

Eloi – On dit souvent variété un peu par provocation, mais finalement, pop en français, le mot c’est variété, mais ce n’est pas de la variété au sens pur et dur.

MXXI – Vos morceaux sont doux et sensuels, est-ce que le corps féminin est votre première source d’inspiration ?

Hervé – Il y a des chansons d’amour c’est vrai, mais on ne peut pas dire que ce soit la première source d’inspiration. Souvent c’est ce qui va coller sur la musique qui va définir, pour les textes en tout cas. Au final, on se laisse un peu aller. Je sifflote les morceaux dans ma tête quand je me promène et après on retranscrit.

Eloi – Dans le premier EP, il y a pas mal de chansons d’amour, mais sur le prochain, il y a des morceaux plus cyniques, moins fleur bleue. C’est pas encore du « trash », mais il y aura des choses un peu plus mélancoliques. Mais ça, on le fait aussi sur scène. C’est donc assez varié. Même quand on écrit sur les chats avec “Pas Chat”, ça vient dans le désordre.

MXXI – Vous commencez donc par faire les mélodies et vous collez les textes dessus ?

Hervé – Ça dépend. Il n’y a pas vraiment de manière de fonctionner. Il est arrivé que je fasse un morceau par rapport à un texte qu’Eloi écrit, ou l’inverse. C’est vrai que ces derniers temps c’était plus souvent le texte qui a été écrit sur une musique.

MXXI – Pourriez-vous nous expliquer vos deux titres de morceaux “Shalom” et “Hélicon” ?

Eloi – Un hélicon c’est un gros cuivre qui fait des basses. Pour moi c’était un peu une métaphore des gros sub en free party. Il y avait aussi une petite référence à Boby Lapointe, parce qu’il avait un morceau qui s’appelait comme ça. Et Shalom parce que yaourt. Souvent, quand Hervé enregistre des morceaux il fait une espèce de yaourt en français. Ça donnait “chaloupe”. Le thème du morceau était un peu ensoleillé donc “chaloupe” est devenu “shalom”. Et hop, c’est parti, c’est bon ça passe !

Hervé – Pour t’expliquer l’histoire de ce morceau, enfin c’est pas vraiment une histoire, mais on est bien avec ses potes, on écoute des 33 tours.

Eloi – Tous à poil !

Hervé – C’est un peu ça le délire.

MXXI – Votre premier EP est sorti l’année dernière, vous préparez donc le deuxième ?

Eloi – Oui, un nouvel EP qui sortira en janvier si tout va bien. Il est quasiment fini de mixer. On finalise ça.

Hervé – Ça va être un 4 titres avec des morceaux un peu plus électroniques que le premier EP. Il y a un morceau qui s’appelle “Carré Magique” qui reprend un peu le thème de “Hélicon” parce qu’il parle un peu de la “teuf”.

Eloi – Musicalement il sera quand même ensoleillé et d’autres morceaux seront plutôt mélancoliques, comme on disait tout à l’heure.

Hervé – Plus dark.

Eloi – Mais on pense déjà au disque qui va arriver derrière, un album probablement. Je pense qu’on partira dans quelque chose d’encore plus électronique.

Hervé – On a déjà un paquet de morceaux qui sont commencés.

Eloi – Avec une utilisation un peu plus importante des vocoders.

Hervé – Il y en a déjà sur le prochain EP, mais pas du tout sur le premier. Sur scène on l’utilise assez souvent. Le prochain EP sera plus représentatif du live.

MXXI- Le thème actuel de Manifesto XXI est “la nuit”, votre musique est plutôt chaude et ensoleillée, est-ce que la nuit vous inspire quand même ?

Eloi – Pour le coup, on en parlait avec “Hélicon” et même pour “Carré Magique”. Quand on parle de fête, on parle de fêtes technos surtout. On aime bien ça. Donc oui, pour nous, la nuit est le temps de la fête.

MXXI – Qu’est-ce que vous faites la nuit ?

Eloi – Moi je picole.

Hervé – Moi je dors. Disons qu’il y a un an, je n’aurais peut-être pas dit ça, mais maintenant je fais dodo avec ma copine. Je suis rangé, je suis devenu un adulte.

Eloi – Moi c’est soit dodo, soit grosses sorties, mais après il y a le boulot aussi. Je suis éclairagiste, donc le jour ça sert pas à grand-chose.

MXXI – Un musicien ou un groupe que vous affectionnez particulièrement dans la nouvelle scène musicale ?

Hervé – Hier j’étais au Pitchfork Festival voir Deerhunter. Le son était horrible, mais c’est un groupe que j’aime bien. Après dans la scène française, il y a le batteur de Tame Impala qui s’appelle Julien Barbagallo. Il fait un projet en français. Je suis super fan, c’est ce que j’écoute en boucle en ce moment.

Eloi – On aime bien Moodoid aussi et son univers visuel. Barbara Carlotti, c’est pas la nouvelle scène, mais on en parle jamais assez.

Hervé – Y’a un paquet de trucs. Hier j’écoutais Mac Demarco chez mon cousin, c’était cool !

MXXI – Et ce que vous détestez ?

Eloi – Si on déteste, on n’écoute pas.

Hervé – Moi j’aime pas trop Bénabar, mais c’est pas la nouvelle scène. C’est marrant parce qu’il n’y a pas longtemps, j’ai été boire un verre avec des potes et on a passé une heure à parler, on faisait des classements de ce que l’on déteste le plus. Y’avait Maître Gims qui était pas mal.

Eloi – Ah oui, quand même !

Hervé – Disons qu’il était bien classé et Black M aussi.

MXXI – Les Inrocks avaient dit de vos morceaux qu’ils sont faussement naïfs, vous en pensez quoi ?

Hervé – Ça ressort souvent, mais on n’aime pas vraiment ça.

Eloi – C’est pas faussement naïf, parfois c’est vraiment naïf.

MXXI – Comment se passe votre processus de création ?

Hervé – C’est assez variable. Comme je disais, ces derniers temps, j’ai un morceau et Eloi écrit.

Eloi – Sur scène on est cinq. On est deux surtout en studio, mais petit à petit, les copains vont arriver. Je pense qu’à l’avenir ils prendront une place plus importante. Ils interviennent déjà sur le nouvel EP. Peut-être pas tout à fait dans la composition, mais il y a quand même une touche qui arrive par les autres musiciens. Cliché devient de plus en plus un groupe.

Hervé – Au début on était deux, après il y a eu un bassiste puis un batteur et un guitariste. Disons qu’en studio on met plutôt des boîtes à rythmes, alors qu’en live c’est une vraie batterie. Il y a une vraie différence.

MXXI – Vous êtes à Bordeaux, comment qualifieriez-vous la scène musicale bordelaise ?

Eloi – Elle est diverse. Elle est vivante.

Hervé – Il y a de super groupes. Par exemple, je suis un gros fan de J.C. Satàn.

Eloi – Moi j’adore Petit Fantôme.

Hervé – Toute la scène de L’Iceberg sont des potes, on les connaît depuis longtemps. J’avais un groupe avant qui s’appelait Middle Class chez Animal Factory. On a aussi nos potes de Pendentif.

Eloi – C’est vrai qu’à Bordeaux c’est un petit réseau. Ce n’est pas une scène où l’on se tire dans les pattes au contraire. On aime bien aussi les gens des Disques du Fennec qui ont I am stramgram, My AnT etc. J’ai l’impression qu’on est à la maison ici. Tout le monde vient se voir.

Hervé – Notre bassiste qui est à Paris a pas mal de contacts aussi. Il organise des soirées donc il connaît du monde. Grâce à lui, on a joué avec Feu! Chatterton. Ça permet de sortir un peu de Bordeaux.

Eloi – Pour revenir à Bordeaux, je fais partie de Vie Sauvage qui est un festival qui monte petit à petit. Ça nous permet aussi de rassembler les copains, c’est important.

MXXI – Trouver des salles à Bordeaux, c’est facile ?

Hervé – On a la chance d’avoir le bassiste de Pendentif qui travaille chez 3C qui s’occupe de nous. Au début, on n’avait pas forcément de soutiens, mais on a quand même réussi à jouer dans des petites salles. Après pour le groupe qui débarque dans la ville et qui ne connaît personne, c’est jamais simple au début.

Eloi – On a 35 ans et on est là depuis une quinzaine d’années. Forcément, on a semé des petits cailloux.

Hervé – On est des vieux rockeurs !

MXXI – Quelques dates actuellement ?

Eloi – On vient de jouer au Café de la Danse le 10 novembre et à Bilbao le 20. C’était notre premier concert à l’étranger. Le 2 décembre, on a la Release Party à Bordeaux et le lendemain les Bars en Trans à Rennes. Donc, venez !

 

RELEASE PARTY : https://www.facebook.com/events/963503420390138/

BARS EN TRANS : http://www.barsentrans.com/groupes/cliche/

 

Facebook : https://www.facebook.com/cliche.pop/?fref=ts

Itunes : https://itunes.apple.com/fr/album/cliche-ep/id920015226

Deezer : http://www.deezer.com/album/8711931

Spotify : https://play.spotify.com/album/3GzktVvATUHVM8zqhPAD4X

Bandcamp : https://microqlima.bandcamp.com/album/clich-clich-ep

 

 

Propos recueillis par Lola Margrain

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ecrit par
More from Yann Pichot

« Jeunesse(s) » – Rencontre avec Matthias Jacquin

Jeunesse(s), film collectif et hybride, dépeint le portrait d’une bande d’amis, d’une...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *