Forbes, Booska P… À chaque nouvelle année, tout le monde de la presse se précipite pour nous dévoiler les rappeurs sur lesquels parier cette année et qu’il faut impérativement suivre de très près. Le rap, le genre le plus populaire en France, et une industrie musicale qui peut vous rapporter gros. Mais comme dans tous ces classements, ces personnalités ont leur parcours tracé pour ces 365 prochains jours, nous avons préféré vous donner des conseils afin de ne pas mettre toutes vos billes sur des paris à risque : les rappeurs qui peuvent tout foutre en l’air en 2019.

N°5 : L’album Bossa Nova de Lorenzo.

Avec ses vidéos parodiques du cliché du rappeur français des années 2010 et un premier album Rien à Branler en 2018, Lorenzo a fait son beurre sur le rap “potache” qui se joue de tous les stéréotypes du monde “abruti” du rap français. Score honnête pour un premier album (surtout pour cet album) et des dates en festival à foison, Lorenzo a montré au monde de l’industrie du rap que l’on peut faire des trucs peu fins et faire de l’argent. Non Michaël Youn, ne prends pas l’opportunité de faire un nouvel album concept cette année, ça ne va pas marcher, cordialement.

Bob Game Boy Color et lunettes DDP, la descente de Lorenzo

Mais si Lorenzo pousse le concept trop loin, on risque de se retrouver avec un album dépassant les limites du méta : après un nouvel an trop arrosé, ou trop poudré, sur les plages de Copacabana, Lorenzo a un flash à son réveil entouré de deux bimbos brésiliennes sur la plage, et dépourvu de tout son “tosma”, racketté par les petits de la favela à son insu. Sa nouvelle lubie : construire un album de reprises Bossa Nova des plus grands artistes d’Amérique du Sud. L’album sort au printemps 2019, enregistré en 6h top chrono (avec de l’autotune à balle, beaucoup d’autotune), et le projet final ne sait même plus à qui il est destiné. Trop cheap pour les puristes du genre, à côté de la plaque pour le monde du rap, et plus drôle du tout pour tout le monde. Lorenzo n’est alors programmé qu’aux Solidays un vendredi à 15h, en face du Monoprix de Boulogne-Billancourt.

L’anecdote que l’on risque d’entendre dans les médias :

« Il a voulu faire ses bails, mais on lui a dit que c’était pas ouf comme idée. Mais il arrêtait pas de nous dire “rien à branler mamène, les sons ils vont grave ambiancer ce genre de petites latinas, tu vois le délire ?”. Il était trop tard, on pouvait plus rien pour lui… » – Columbine, sur Konbini

N°4 : La carrière politique de Sofiane

En 2018, Sofiane est partout, mais vraiment partout. Booska P, France Culture, Burger Quizz, la Sorbonne, sur Youtube avec son émission “Rentre dans le cercle”, au cinéma aux côtés de Reda Kateb… Mais où s’arrêtera le rappeur le plus entrepreneur de France?

Sofiane surprendra tout le monde en quittant le rap, pourtant adoubé par le public et les anciens du rap, pour une cause selon lui plus noble : 2019 sera la naissance de l’homme politique Sofiane Zermani.

Il montera son parti en début d’année F2I (“Force Ish Ish”) basé sur un programme d’entraide, de mise en valeur des petites entreprises locales, l’éducation universitaire accessible pour tous  et l’équilibre des classes sociales. Le parti sera alors représenté massivement pour les élections européennes de 2019, mais n’obtiendra qu’un score de 0.004% dû à un manque de forme, malgré de vraies idées de fond.

Attention Sofiane: utiliser cette photo pour une campagne politique est malhabile

Déboussolé par cet échec, Sofiane Zermani paniquera, et se mettra en recherche d’alliés politiques précipitamment. Il partira en vrille, et nous fera une girouette de type “Valls” charmant tantôt la droite, tantôt la gauche, et ira même jusqu’à poser sa candidature pour les municipales de la commune de Boussac-Bourg, dans la Creuse. On ne le retrouvera qu’en 2043, sur la tournée à succès Stars 2010.

L’anecdote que l’on risque d’entendre dans les médias :

« Eh mais Sofiane il a été boycotté fort ! Ça c’est les mecs de la bande à Macron, ils l’ont trouvé trop puissant, ils ont payés les franc-maçons pour le fumer sauvagement ! » – Kalash Criminel, sur Booska P

N°3 : Vegedream et son titre “Plaquez-les”

Juillet 2018, la France accueille ses nouveaux héros : les Bleus ramènent la coupe du monde de football à la maison, vingt ans après les Yeux dans les Bleus. Les discothèques de camping accueillent elles aussi leur nouvelle icône: Vegedream et son hit “Ramenez la coupe à la maison”. La carrière du rappeur a donc décollé durant ce second semestre 2018 avec son album Marchands de Sable et l’engouement et l’euphorie du succès de Bleus au pays de la vodka.

Oui Vegedream: prends la voiture et fuis ce public qui ne te comprends plus

Mais 2019 est marqué d’affaires compromettantes pour les Bleus : production de vin illégale avec Didier Deschamps, tentative de corruption d’un surveillant du collège de Bondy par Mbappé suite à une embrouille avec Thomas de la 6ème B (faute tactique sur la conjugaison de l’ordre « prendre un selfie » à l’impératif), combats clandestins de chatons pour Pogba et Mendi en scooter à Sevran portant un casque intégrale avec lanière serrée (oui, c’est illégal)… Les cotes de popularité de nos champions ainsi que du football s’effondrent. Ils n’arrivent même pas à se qualifier pour la coupe d’Europe 2020, et la France ne s’intéresse plus au football.

Sentant le vent tourner, Vegedream sort alors le morceau “Plaquez-les” en soutien aux joueurs de l’équipe de France de Rugby pour le mondial de 2019 au Japon. Mais le morceau est un échec artistique et commercial navrant, morceau accusé d’opportunisme et de sentir un peu le réchauffé.

L’anecdote que l’on risque d’entendre dans les médias :

« Végéquoi ? C’est qui lui ? » – Sébastien Chabal sur Canal Rugby Club

N°2 : « Capelli » la marque de soins conçue par SCH destinée aux professionnels de la coiffure

Qui n’a jamais jalousé la chevelure soyeuse « comme de la soie » de ce bon vieux SCH ? L’auteur de JVLIVS vous aura entendu et tel un sauveur nous offrira les secrets de son savoir-faire. Il lancera sa gamme de produits de cosmétique premium baptisée « Capelli ». Shampoings, après-shampoings, fers à lisser… La marque bénéficiera d’un lancement honnête, et à potentiel de croissance convoitée. Huit mois après, la société « Capelli » se fera racheter par le groupe L’Oréal, mastodonte de la cosmétique dans le monde. SCH sera alors désigné directeur artistique de la marque et laissera sa carrière de rappeur en retrait.

Voir Aussi

Les cheveux de SCH

Tout sourira à SCH. Alors que lui vaut sa place dans ce top ? Car SCH deviendra un bon cadre sup’ avec tout l’attirail qui va avec : il « forwardera » des CR de meets, se fera des dej’ à Cojean et des afterworks sur les Grands Boulevards, il fera des feedbacks à ses potes du tieks en leur suggérant d’évoluer en « bonne intelligence »… Tu vas changer SCH, mais n’oublie pas d’où tes chicos viennent. Après avoir pris un sacré melon, et devenant exécrable avec les stagiaires de son service, SCH sera gentiment poussé à la dém’, en restant actionnaire minoritaire du groupe L’Oréal, et tentera de trouver un workaround à sa nouvelle carrière. Il finira par ouvrir son salon de coiffure à Marseille.

L’anecdote que l’on risque d’entendre dans les médias :

« SCH n’incarnait pas l’âme de Capelli. C’est pour ça que nous avons dû nous séparer de lui. » – Jean-Paul Agon, PDG du groupe L’Oréal sur la matinale d’Europe 1.

N°1 : Le restaurant bio de Caballero et JeanJass

Comme vous l’aurez compris tout au long de ce top, le rappeur a soif de challenge et de nouveaux horizons pour étendre son influence. Alors que la plupart se lancent dans le textile, d’autres sont plus innovants. Mais l’originalité n’est pas gage de succès à tous les coups. Et les rappeurs belges Caballero et Jeanjass en feront les frais. Les deux Bruxellois, qui nous ont déjà offert la série de vidéo à succès High et Fines Herbes (où dégustations de sandwich précédaient des tutos cuisines), décideront de repousser les limites de entrepreneuriat : « Double Assiette », un restaurant bio en plein centre de la capitale belge. L’atout comm’ du projet : des produits issus de l’agriculture locale et les deux rappeurs seront les seuls cuisiniers de l’établissement.

Arrêtez de cuisiner foncedés les gars…

Un pari osé, avec des recettes alléchantes à lire sur la carte (« Risotto de graines de courges sous son nuage de blanc en neige » ou encore « Le Saumon Fumé par JeanJass »). Mais le rêve toqué tournera au drame économique… Après une première semaine d’une grande rentabilité, le restaurant ne remplira pas son pari. Avec 23 678 avis sur Trip Advisor pour une note de 0,5 étoiles au bout de 21 jours, les critiques seront unanimes : c’est dégueulasse. « Mon fils a pris les tagliatelles au parmesan, mais ce n’était pas du parmesan. Cyprien a désormais 8 ans et est cocaïnomane.» , « On m’a amené un plat surgelé à table… Encore dans sa barquette d’origine ! » « Pour l’anniversaire de mon copain, sur le gâteau était inscrit « JJ-Caba », mais mon chéri s’appelle Philippe. Suite à ma remarque, les cuisiniers m’ont répondu « Mets du respect sur nos noms » seront les critiques les plus souples de ces avis.

L’entreprise tombera à l’eau et les deux bonshommes décideront coûte que coûte de redresser la barre, ce qui marquera un point d’orgue à leur carrière : inviter Philippe Etchebest pour son émission « Cauchemar en Cuisine ». Philippe tiendra 17 minutes sur le lieu de restauration, et décidera de ne pas diffuser l’émission pour ne pas heurter la sensibilité des spectateurs. Rêves brisés, les rappeurs sombreront alors dans l’oubli et nous pourrons toujours attendre le quatrième volet de Double-Hélice.

L’anecdote que l’on risque d’entendre dans les médias :

« Ils m’ont servi un yaourt dans un pot en plastique : j’ai eu la mononucléose pendant huit mois… » – Romeo Elvis, dans l’émission de « Cauchemar en Cuisine » censurée et uniquement disponible sur le dark net.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut