Lecture en cours
Free Fall : Le lâcher-prise de Maud Geffray

Free Fall : Le lâcher-prise de Maud Geffray

Manifesto XXI - Maud Geffray

WARRIORECORDS, nouveau label créé par Rebeka Warrior dévoile sa première sortie : Free Fall, un maxi produit par Maud Geffray qui ouvre le bal aux prochains projets annoncés par la maison pour 2021. 

Depuis son premier EP 1994 sorti sur Pan European Recordings en 2015, le son de Maud Geffray n’a cessé d’évoluer vers des horizons électroniques riches et variés. On aime croire que sa musique est hantée par des fantômes qui n’ont jamais cessé d’exister, donnant cet air glacial, mais étrangement réconfortant, sur tous ses disques. Une sensibilité rare, pour les âmes esseulées en quête de sentiments troublants. En 2019, elle revisitait la musique minimaliste de Philip Glass avec son album Still Life, puis un an plus tard elle s’attaquait à Eric Serra et à son immense ouverture du Grand Bleu devenue iconique, offrant un très beau remix en pleine plongée dans un océan électrique. Maud Geffray dévoile pour ce début d’année, Free Fall, 3 pistes électro qui peuvent surprendre celles et ceux qui l’ont toujours suivie.

Manifesto XXI - Maud Geffray
© Mounir Taieb

Free Fall, que l’on pourrait traduire par « Chute Libre », n’est en fait pas ce à quoi on s’attendait. Différent mais en même temps proche, les sons atmosphériques de Still Life se sont évaporés, mais cette douceur propre à la productrice est préservée. Ce nouveau maxi affichant fièrement la couleur noir de sa maison sur son artwork, est peut-être finalement un des projets les plus lumineux que Maud Geffray ait pu dévoiler jusqu’à aujourd’hui. Si vous vous attendiez à une descente en enfer, passez votre tour, car les trois titres qui composent cet EP sont rayonnants à vous en crever la rétine, dissimulant toutefois quelques parcelles ombragées dans les entrailles de ses sonorités. Car oui, malgré une certaine positivité affirmée ici, dans la musique de Maud Geffray règne, peut-être malgré elle, une mélancolie fatalement présente.

« Firebird » qui intronise cet EP démarre violemment sur des kicks bruts et suffocants pour laisser place à une mélodie étrangement entraînante, les deux se juxtaposant tout le long de la track. Ce titre d’ouverture détonne par son assemblage noir-blanc nous laissant un peu un goût amer sur les lèvres. Si on démarrait dans un tunnel étroit et sombre, les champs se libèrent sur les deux autres pistes. « Enigma », le deuxième titre nous éclaire calmement, des voix dispersées s’élèvent et nous entraînent dans un dédale envoûtant et rêveur. Une énergie positive se dégage du dernier titre « Moonshine ». Le rythme s’accélère légèrement et les beats se font plus chauds guidés par une voix pitchée éblouissante. 

Malgré une entrée désillusionnante, Free Fall oscille entre mélancolie et espoir vivace, redonnant un peu d’éclat dans ce contexte réel de plus en plus étrange. Une ode à la liberté et au dancefloor, ressemblant finalement plus à l’effervescence de ses DJ sets qu’à ses précédents projets. On peut le dire, Maud Geffray n’a pas encore terminé de rêver.

Voir Aussi
Manifesto XXI - Peter Dallas
Peter Dallas. Le vertige de la synthwave

Free Fall est disponible sur toutes les plateformes de streaming

Image à la une : © Mounir Taieb

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut