« Extime » : l’intime s’expose en appart

Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)

Après les instal’ en pleine rue ou les squats sous le périph’, on a trouvé où se feront les expos de demain : chez vous. Ce week-end, « App’art » présente sa première exposition en appart à Paris. Les galeries n’ont qu’à bien se tenir.

« Rompre les barrières de l’intime. » C’est le mot d’ordre de cette expo (« Extime ») aussi bien sur le fond que la forme. Car ce n’est pas dans une galerie stérilisée que l’on se rend pour notre sortie arty du week-end, mais dans le deux-pièces lumineux de Marilou et Klaus, au fond d’une petite cour parisienne fleurie dans le 10ème. Là, autour d’un café ou d’un cocktail, affalé dans le canap’ ou grignotant en scred’ dans la cuisine, on contemple à loisir les œuvres accrochées partout sur les murs.

ABK ©Benoit Mathieu
ABK ©Benoit Mathieu

Le concept s’appelle « App’art » et c’est le dernier-né des projets portés par la jeune asso culturelle Noosphère : inviter l’art à la maison, gratuitement, le temps d’un week-end. Pas besoin d’un palace, tout studio peut faire l’affaire et l’on adapte la scéno, les formats et les thématiques un peu en sur-mesure. Bienvenue dans l’ère du tout-customisable où les expositions se créent en collaboration avec le public, et où l’art rime avec l’open bar.

Pour cette inauguration, le jeune couple accueille les œuvres de trois artistes femmes sur le thème de « l’extime », l’intime rendu public. Un fil rouge tout à propos, puisque l’expo s’aventure jusque dans la chambre à coucher.

ABK ©Benoit Mathieu
ABK ©Benoit Mathieu

Issue du street-art, la féministe engagée ABK présente un ensemble de peintures où la figure de la femme se retrouve déconstruite en détails de radiographies médicales, interrogeant avec force couleurs pop la place de notre humanité face à la technologie.

Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)

Notre coup de cœur va au travail des deux amies Perrine et Kuku, ayant collaboré et conçu des pièces inédites pour cette exposition : les collages surréalistes de la première, naviguant avec souplesse entre imageries vintage et délire cosmique, répondent aux dessins expressifs des corps bizarres et sensuels de la deuxième dans un dialogue créatif qu’on sent… intime, tiens.

Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
ABK
ABK
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
Perrine (à gauche) et Kuku (à droite)
©Benoit Mathieu
©Benoit Mathieu

L’appart (5 passage Delessert, Paris 10ème) ouvre ses portes jusqu’à dimanche soir 20h. Une prochaine expo « App’art » est prévue fin janvier. Pour suivre les événements ou en organiser un chez soi, c’est par ici.

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Sarah Diep

Exclu. Anne Horel : L’EP, collages audiovisuels sur disque virtuel

On connaissait plutôt Anne Horel par ses collages rétro-geek qui circulent sur...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.