Yatender. Monologues nocturnes du corps songeur

ya_tender_manifesto_xxi
©Ya Tender

Le flash de Yatender nous guide dans la nuit sombre et nous invite à un rêve éveillé pour explorer la beauté capricieuse du quotidien. Une photographe en quête du beau dans l’imparfait, et d’une langueur vive incarnée par la lumière insolente des néons dans ses clichés.

Le corps est central chez Yatender. Il fait don de ses positions bancales, il est recroquevillé, représenté comme un animal sauvage. Adepte de l’autoportrait, Yatender utilise ce médium comme un vecteur de liberté. C’est le temps de l’adolescence, de la maladresse, de la découverte. Le rouge, couleur du sang, de la passion, le bleu rappelant le songe et l’imaginaire de la nuit, suggèrent un questionnement sur un corps en devenir.

Il y a quelque chose de magnifique et d’inattendu dans l’étrangeté du corps humain.

©Yatender

Spread the love !
More from Gaëlle Palluel

Pol Kurucz : du glam trash militant à Rio. Rencontre

Pol Kurucz, artiste franco-hongrois, crée en 2011 en Hongrie, puis en 2013...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.