Lecture en cours
Thomas Dussaix et les nuits parallèles

Un abîme ouvert sur la noirceur. Un dédale de couloirs qui se perdent dans le clair-obscur. L’ombre d’un monument glacial qui se dessine. Les dessins de Thomas Dussaix sont tous abstraits mais il y a pourtant un sentiment de familiarité qui s’en dégage…

Mais où a-t-on déjà croisé ces formes rectilignes et imposantes ? Dans un cauchemar ? Ou dans les films et jeux vidéo qui inspirent tant Thomas Dussaix ? Ce jeune artiste sarthois, influencé par la gravure et l’estampe, travaille avec la technique du grattage depuis la fin de ses études aux Beaux-Arts du Mans en 2010.

Son attrait pour les mondes parallèles et les architectures oniriques lui vient tout droit de la littérature fantastique, notamment de La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski mais aussi du cinéma, surtout de la science-fiction.

Thomas Dussaix, Catalyseur, 2015.
Thomas Dussaix, Catalyseur, 2015.

La force des dessins de Thomas Dussaix réside surtout dans leur lumière : blanche, éclatante et qui vous happe au milieu d’un noir profond et familier : ce noir, c’est celui de l’enfance, celui où on avait peur de voir surgir des monstres ou celui des films et des livres qu’on regardait pour s’effrayer. Si l’univers et les influences de Thomas Dussaix lui sont entièrement personnels, ils résonnent pourtant chez le spectateur.

Ces cathédrales minimalistes, ces couloirs qui se perdent, cet horizon qui disparaît nous renvoient à nos peurs primitives et à un intense sentiment de solitude. Est-ce que ce monde figé serait celui d’un futur post-apocalyptique ?

La scénographie de la Collégiale Saint-Pierre-La-Cour ajoute à ce sentiment de fin du monde : les murs épais, le silence opaque et cette lumière douce aspirent au recueillement. Les œuvres entourent la maquette d’une ville de béton qui trône au milieu de la salle : cette fois les formes sont grises mais on retrouve encore l’abstraction et ce souci de la géométrie.

Voir Aussi
HouseofModa_cover_EnzaFragola_manifesto21

Les mondes parallèles de Thomas Dussaix pourraient paraître angoissants ; mais leur pureté et leur mystère nous appellent plutôt à l’exploration et à la découverte de ces nuits oniriques.

Mondes Parallèles – Thomas Dussaix
Du 19 septembre 2015 au 15 janvier 2016
Collégiale Saint-Pierre-La-Cour, Le Mans

Thomas Dussaix, 2015.
Thomas Dussaix, 2015.
Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut