Lecture en cours
Denys & the Roses, un premier opus déjà international

Denys & the Roses, un premier opus déjà international

Le 22 janvier nous découvrions « Start With A Song », dernier single de Denys & the Roses avant la sortie de son premier moyen-format, That Is Strange, aujourd’hui en exclusivité sur Manifesto XXI. « Hysterical blues », c’est le terme employé par l’artiste pour décrire ce premier EP itinérant, finement soigné, au féminisme sous-jacent.

Impulsé par Rosa Rocca-Serra, graphiste de formation à l’esprit autodidacte, Denys & the Roses s’immisça à pas légers dans l’univers de la musique. L’idée d’une première production musicale germa peu de temps après qu’elle eût écrit un recueil de chansons intitulé « Call Me ‘Sad Song’ – A Big Fat Existential Mess », inspiré par ses escapades autour du globe. Son projet prit une tournure plus concrète en janvier 2019 lorsqu’elle rencontre Seymour Orsoni-Bronchain et Nicolas Digiacomi du groupe Acid Child à Manchester. Dès lors ces deux musiciens l’appuieront pour mettre en musique ses aspirations. À l’automne 2019, Denys & the Roses partage une première chanson d’une désinvolture aussi assumée qu’insatiable, « Breakfast After Midnight », accompagnée d’un clip la mettant en scène dans un quotidien rythmé par l’ennui et la boulimie.

Une fois lancée dans le circuit, la jeune chanteuse à l’écriture espiègle partit défendre ses chansons lors d’une série de dates à Paris, dont le 15 janvier 2020 pour la soirée Gang de femmes à l’International. Elle se retrouva également invitée pour une prestation à Manchester, avant que sa lancée ne soit malencontreusement stoppée par l’urgence sanitaire. Pour pallier cette décélération, l’artiste a teasé un deuxième titre en mai dernier avec le lancinant « Burn It All ». Rosa a néanmoins pu profiter une dernière fois des joies de la scène, le 22 août 2020, pour les Rencontres féministes insulaires à Pigna, en Corse. Avant la nouvelle année, elle offre une dernière surprise en partageant la session live d’un titre inédit, « Dazed ».

Même si l’intégralité de la première face a déjà été dévoilée, une fois retourné, le disque s’ouvre sur une seconde facette de l’artiste, jusqu’à présent bien gardée, avec l’enivrante ballade intime et acoustique « Isaac Way ». « Je l’ai écrite et composée à Manchester pendant nos périodes de travail, et enregistrée et mixée dans mon “home studio portable” entre Paris et la Corse. La basse a été enregistrée par Vee Lourenço, bassiste que j’ai rencontrée au Portugal pendant un meeting SheSaidSo, et masterisé par Raphaël Valensi qui vit à Montréal. Ce morceau est un interlude hors du temps, qui fait partie intégrante de l’histoire de l’EP, parce qu’il parle aussi de la création de ce 6 titres. Je prévois d’ailleurs une sortie de clip pour “Isaac Way” prochainement, une collaboration avec l’artiste Juliette Liautaud », confie l’artiste.

© D. Rocca-Serra

Les deux derniers titres ne laissent pas non plus l’opus se faner. S’ensuit l’impavide « We Pull The Trigger », avant de conclure sur le titre éponyme de l’album, aux inspirations résolument sixties, évoquant presque la chamanique Grace Slick du mythique Jefferson Airplane, si ce n’est le mouvement Riot grrrl au tournant du millénaire. « J’ai fait la composition et les mélodies, textes, piano, voix et chœurs. Ça a été une expérience à six mains en quelque sorte, avec des chansons et démos que j’avais créées en amont », explique Rosa, avant de poursuivre : « La majorité des instrumentations et arrangements ont été écrits et/ou enregistrés dans le studio de répètes d’Acid Child avec les moyens du bord, d’où le son bien garage. Le mastering sur ces morceaux a été fait par Joseph Carra (Crystal Mastering) en Australie, qu’on est allé chercher pour son son analog singulier et qui collait parfaitement avec l’instrumentation. » Et de conclure : « Cet EP a fait un petit tour du monde, dont je suis assez fière. »

© S.Pomier

Denys & the Roses signe ici une première série de compositions aussi efficaces que prometteuses. Ces qualités indéniables, à l’instar de la prestance de sa voix soutenue par une instrumentation puissante, n’attendaient plus qu’à se retrouver enregistrées pour la postérité. Case désormais cochée avec That Is Strange qui paraît sur l’accompagnateur de talents indé : Lofish Records.

Voir Aussi
#1. Ballon d’essai du trio Dead Myth

Suivre Denys & the Roses : FacebookBandcampInstagramYoutube

Photo en Une : © Astrid Karoual


Tu as aimé cet article ? Soutiens Manifesto XXI ! 1 don = + de poésie dans ce monde

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut