Lecture en cours
Toucher l’inaccessible : nos 5 voix fortes à voir performer au Closer Music Festival

Toucher l’inaccessible : nos 5 voix fortes à voir performer au Closer Music Festival

De quoi enjoliver ce début d’année : la 5ème édition du Closer Music Festival à Lafayette Anticipations prend place du 20 au 22 janvier. Toujours surprenante, la line-up de cette année touche par sa diversité de genres et de profils artistiques engagés.

Il est temps de se poser à nouveau, pour écouter et comprendre ces têtes émergentes qui n’ont pas peur de tenter. Entre performances dream pop crues et live électronique expérimental, c’est toute une panoplie de propositions colorées à laquelle nous assisterons. Si la scène artistique anglaise y est encore majoritairement représentée cette année, la programmation est amplifiée par d’autres excellent·es artistes francophones. Trois jours d’intimité, dans les profondeurs de projets uniques à la liberté débordante. Suivant cette programmation hybride bien pensée où les artistes de nationalités différentes se complètent, voilà notre sélection de 5 concerts à aller voir au Closer Music Festival.

Iceboy Violet · Samedi 21 janvier

© Anastassia Radtsenko

Ce n’est pas la première et certainement pas la dernière fois que l’on parle d’Iceboy Violet chez Manifesto. Vu·e au Positive Education Festival en fin d’année dernière, iel a su bouleverser la soirée entière par sa performance brute et déchirante. Entre câlins et cris chantés dans le micro, iel n’hésitera pas à se faufiler dans le public pour un instant intense et intime. Deux figures de Manchester avaient déjà fait leur apparition en 2022 au Closer Music Festival, Blackhaine et Space Afrika, avec qui Iceboy Violet avait collaboré. Une occasion de replonger dans les chants et mouvements chorégraphiés à l’instinct, sur de la grime revendicatrice d’un milieu trop masculin, et des sonorités ambient/IDM.

aya · Vendredi 20 janvier

© Suleika Müller

Elle aussi issue de ce territoire rempli de talents qu’est le nord de l’Angleterre où les artistes n’ont pas peur de se mouiller, aya porte Manchester comme lieu de ralliement musical exceptionnel aux écrits honnêtes et revendications fortes. En pleine résidence sur NTS, elle avait sorti im hole en 2021, un premier opus personnel de club déconstruit, glitché aux voix pitchées. Aujourd’hui basée à Londres, aya, au-delà de ses sets déstabilisants, croise electronica, IDM et grime, dans des tonalités bien plus sombres que ses pairs. Dans un chaos orchestré, ses paroles se mélangent aux discours de lutte qu’elle tient entre chaque morceau. L’artiste prend tout l’espace dans une connexion constante avec le public.

Loraine James · Samedi 21 janvier

© Vicki Couchman

Enseignante, elle laisse les cours de côté pour venir secouer Lafayette Anticipations. Si l’on s’en souvient bien, son album Reflection sorti en 2021 sur Hyperdub avait créé un beau raz-de-marée dans le monde de la musique électronique. Entre inspirations bass music, IDM et UK drill, on aura rarement vu ces horizons musicaux très différents aussi bien assemblés. Ses performances électrisantes sont toujours innovantes mais accessibles, une secousse qui vaut bien la peine. Avec ses dernières sorties ambient transperçantes, que ce soit sous son nom ou son alias Whatever The Weather, Loraine James mène la progressive électronique loin.

Lazza Gio · Samedi 21 janvier

Extrait du clip « le sport life pt.1 (80 pompes) »

Au milieu une programmation de première journée presque entièrement UK, la compositrice et chanteuse/rappeuse belge Lazza Gio se faufile parfaitement par des textes crus d’une dérive globale, à laquelle nous nous identifions tous·tes. Elle sait mêler des discours motivants et pleins d’amour à des paroles bien plus tristes et vraies. Des tours de passe-passe sur de la glitch-hop et de l’electronica, aux compositions mélodieuses qui contrastent des propos forts sur l’égarement, l’addiction et l’identité.

Voir Aussi
diaty diallo meutrer nahel

Caterina Barbieri · Vendredi 20 janvier

© Furmaan Ahmed

Guidée par les machines dans une performance immersive, la douceur des sons de Caterina Barbieri s’installe dans nos esprits. La compositrice, basée à Berlin, s’est ici associée à Ruben Spini pour un live visuel magique, influencé par les phénomènes météorologiques. Pour une véritable expérience sensorielle, les lumières et projections viennent sublimer les nuances sonores. Ayant commencé son parcours musical en jouant des concerts acoustiques au piano et au violon, l’artiste s’est vite tournée vers une expérimentation électronique, laissant place à des textures et motifs hypnotiques. La performance fait la part belle aux harmonies de voix et aux répétitions de synthétiseurs dont on a eu un bel aperçu sur sa dernière création : Spirit Exit.


Vous pouvez retrouver toute la sélection d’artistes de la programmation du Closer Music Festival ici.

Photographie de couverture : © Stephen Schieberl

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2022 Manifesto XXI. Tous droits réservés.