Le Monde Ou Rien, PNL rejoint Frédéric Lordon au secours de la pensée

pnl-loi-travail-monde-ou-rien-manifesto-xxi
PNL: Le Monde ou Rien

La « Loi travail », ce fameux texte aux relents passéistes voudrait faire reculer les droits des salariés d’au moins une bonne centaine d’années, sous couvert de « réforme » et de  « modernisation ».

Les néo-dinosaures libéraux ont décidément un sens de l’humour terriblement acéré, tellement qu’ils ne s’encombrent plus du sens des mots. 71% des Français se retrouvent contre ce texte pourtant soutenu par 80% des éditocrates, chiens de garde du capitalisme. Cette loi a donc une vertu incroyable, celle de souligner une fois de plus la déconnexion des élites économiques du monde qu’elles vampirisent, mais surtout de mettre plus que jamais en évidence le trou béant qu’est la pensée politique contemporaine.

C’est le néant. L’oligarchie ne sait tellement plus comment faire passer la pilule qu’elle ne s’encombre plus d’explications. Il est effectivement plus facile de s’offusquer de la jeunesse « qui n’a pas lu le texte de loi » que de lui expliquer qu’on la condamne à la précarité à vie. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que ce soient les rappeurs, toujours premiers dans la contestation de l’État, qui soient devenus les maîtres à penser.

S’lever pour mille-deux(-cent) c’est insultant

SCH l’a bien compris et relaie toute la journée du 9 mars les photos de banderoles portant ses punchlines. Sur Twitter il félicite les étudiants et répond : « Aux frais d’pères et mères insolvables…. s’tape d’être intérimaires, insortables… ». De leur côté, les organisations politiques et syndicales étudiantes sont les premières dans la reprise de phrases de Booba, de Solidaires jusqu’aux Jeunes Communistes, que l’on aurait pourtant cru un peu plus timorés. Surtout, c’est PNL qui reçoit le prix du groupe de rap le plus cité dans le mouvement social. On retrouve « Le Monde Ou Rien » partout, que ce soit sur des banderoles, scandé ou tagué sur les murs des facs.

Finalement, la pensée politique contemporaine n’est peut-être pas si exsangue ? Peut-être n’y avons-nous simplement pas prêté l’oreille ? Car « Le Monde Ou Rien » a une signification forte. Au-delà de la punchline, il y a une affirmation claire, « Nous ne revendiquons rien ».

C’est là que les amateurs de rap croisent Frédéric Lordon, l’un des quelques « intellectuels » à avoir prêté attention au mouvement social grandissant. Chargé de clore le meeting du 30 mars réuni à la fac de Paris 1 Tolbiac, le spinoziste clame : « Revendiquer c’est déjà se soumettre à une puissance tutélaire aimable ». Il remarque qu’en donnant au capital des marges de manœuvre sans précédent, la Loi Travail est génératrice de cette violence néolibérale qui frappe désormais indistinctement toutes les catégories du salariat et, par là, les pousse à redécouvrir ce qu’elles ont en commun : la condition salariale même. Il y a une continuité entre ceux que l’on formate pour les apprêter au salariat et ceux qui y sont déjà, et cette loi apparaît comme le catalyseur permettant à tous de remarquer cette continuité. C’est le commun principal qui pourrait bien muter en solidarité. La convergence des luttes met fin à la revendication posée localement, il n’y a pas une loi qui pose problème, mais toute une société au bout du rouleau.

« L’enfant réclame, grandit il revendique », « Le Monde Ou Rien » c’est l’affirmation de la sortie de l’enfance politique, et l’affirmation que le peuple est capable de penser par lui-même les questions de son destin collectif : la transformation de l’organisation politique et sociale, la transition écologique : le monde de demain.

Dans ce vaste chantier qu’est la réappropriation du politique par les masses, le succès de la Nuit Debout est un début qui pourrait bien trouver un accomplissement dans le boycott actif de l’élection présidentielle

PNL :
PNL : « Le Monde Ou Rien » à Paris 8, photo par Victor JB
SCH
SCH : « S’lever pour mille-deux(-cent) c’est insultant », cortège parisien du 9 mars
Le Monde Ou Rien 3
PNL : « Le Monde Ou Rien » à Lille 1, photo par Victor JB

 

Booba deniers
Booba : « Ma question préférée, qu’est-ce que je vais faire de tous ces deniers », détournement par Solidaires
Booba Pavés Sud Solidaires
Punchline de Booba détournée par un militant Sud-Solidaires dans la manifestation du 9 mars à Lille
SCH 2
SCH : « S’lever pour mille-deux(-cent) c’est insultant », cortège rennais du 31 mars, photo par Vincent Feuray
Le Monde Ou Rien
PNL : « Le Monde Ou Rien » à Poitiers le 31 mars, photo par Jean-Eric MALLET
Booba pas raisonnable
Booba :  » Si c’est eux qui ont raison, je n’suis pas raisonnable », détournement par le Mouvement des Jeunes Communistes
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Meven Marchand Guidevay

L’Impératrice joue avec le sang dans un EP hommage au giallo

Après la croisière spatiale d’Odyssée, une tournée de quarante dates et une...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *