La Galerie épisodique : un project-space singulier

Vue de l'exposition "L'Urbain" à la Galerie épisodique © Guillaume Pallat

Nous tenions absolument à vous présenter la Galerie épisodique, située dans le onzième arrondissement de Paris. Ce lieu est né d’une collaboration entre Jonathan Taieb et Gaya Goldcymer. Leur projet s’articule en sept volets, d’octobre 2016 à juin 2017, autour de « L’Art et ses Objet(s) ». Depuis le mouvement Dada, cette question se pose, à savoir : qu’est-ce qui fait art ?

Antwan Horfee – Vue de l’exposition « Choséité » © Daniel Nicolaevsky
Kévin Rouillard et Côme Clérino – Vue de l’exposition « Choséité » © Guillaume Pallat

Ils ont choisi de matérialiser leur réflexion à travers des sélections d’œuvres et leurs mises en espace, ainsi que par la collaboration d’artistes venant de tous horizons et de tous âges. Ils mettent en lien l’aspect théorique – leurs pensées et celles d’auteurs – avec la pratique artistique – l’objet, l’œuvre et l’espace. La volonté de rencontrer des artistes ayant les mêmes problématiques qu’eux a permis de véritables échanges et des cohésions particulières.

Quentin Euverte et Nathaniel Rackowe – Vue de l’exposition « L’I’m-matériel » © Daniel Nicolaevsky

Ils ont eu la chance de pouvoir s’approprier cet espace et le définir en tant que project-space, à cheval sur une pluralité de statuts et d’ambitions. C’est un lieu à la fois « de curation, de pensée, de cohérence, d’exigence, de prospective, de constat, de proposition, d’ouverture mais également de vente », bien que ce ne soit pas l’objectif premier. La Galerie épisodique aborde sept notions s’inscrivant dans la création contemporaine de manière singulière et se déroulant ainsi :

Choséité : « Autour du thème de la création de l’œuvre d’art, la nature ontologique de l’œuvre, et sur l’expérience liant la matière et la forme à l’espace. » Du 10 octobre au 12 novembre 2016.

L’I’m-matériel : « Sur l’immatérialité de l’œuvre d’art, une expérience interactive reliant son, lumière ainsi qu’émotions et mouvement. » Du 9 décembre 2016 au 7 janvier 2017.

L’Urbain : « Traitant de l’urbain et de ses milieux, de ses espaces et leur complexité, de la connectivité et du passage, du zonage et de l’architecture. » Du 19 janvier au 16 février 2017.

Il reste à venir :

La Trame : « Autour de fibres et de trames, de pigments, de fils de traces et d’empreintes, de résonances chromatiques et de rythmes plastiques. » Du 2 mars au 25 mars 2017.

Fusion/Effusion : « Abordant le thème des nouvelles technologies de notre société moderne, des réseaux sociaux, de l’accélérationnisme et du post-Internet, du reliant et des reliés, des connexions et des connectés ». Du 6 avril au 29 avril 2017.

L’Actuel : « Autour du politique, du civitas et des poleis, de l’actuel et du présent, autour du sociétal et de la notion d’événement. » Du 4 mai au 27 mai 2017.

À l’aveugle : « Traversant toutes les précédentes du cycle “L’Art et ses Objet(s)”. Une sélection des artistes invités pendant l’année va présenter une nouvelle petite pièce. Il y aura une vente aux enchères à la bougie le dernier jour. » Du 1er juin au 8 juin 2017.

Paul Gounon et Dorian Cohen – Vue de l’exposition « L’Urbain » © Guillaume Pallat

Ces commissaires proposent une démarche profonde, intéressante et sincère sur les différentes facettes et conceptions du monde de l’art. Nous vous encourageons vivement à aller y faire un tour.

Site

Facebook

Instagram

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ecrit par
More from Paloma

Gilles Sage. Le grain de riz dans la salière

Trois jeunes diplômés de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux (EBABX) curatés par...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *