Voyou, l’enfant sauvage, en concert à la Maroquinerie le 9 avril

Voyou, cet enfant sauvage, compagnon spirituel de JC et Pierrot dans les Valseuses, sera en concert à la Maroquinerie le 9 avril.

Voyou comme ce garçon là, cet enfant terrible qui traîne dans les rues, à qui on lance des « vaurien !». On pourrait s’attendre à une musique virulente, presque décharnée, mais rien de tout ça. C’est surtout le chenapan, que l’on ose pas gratifier d’un doux nom comme bijou, ou comme poupon, mais que l’on chérit quand même, malgré sa fièvre indomptable de liberté. Et c’est ce dont il nous parle, de liberté et de jeunesse.

À travers son EP, il déporte notre attention sur notre époque, en confessions insolentes et attendrissements poétiques. Il peint le mouvement de la marée des sentiments et des sensations, chante les aventures de l’existence, des histoires d’amours aux indifférences, mêlant une folie raisonnée à une maturité infantile. Du pavillon de sa trompette s’échappe une vérité espiègle, qui rassure tout autant qu’elle est touchante, d’un gazouillement imparfait qui trahit l’imperfection de la réalité, du manque à être d’un ici qui se veut ailleurs, et d’un ailleurs qui n’est pas encore là, comme un western dont la principale poursuite semble résolue, mais dont le héros s’élance déjà pour la suivante. « I’m a poor lonesome cowboy (…) We don’t like being tied’.

Patwane le M

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Patwane le M

Nonchalance à la dérive, vers un Oasis Digital

De retour de Tokyo, Gaétan s’élance vers un horizon cotonneux, édulcoloré. Empreint...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.