Lecture en cours
Vendredi, on prédit une émeute queer flamboyante à la Java

A l’approche des 50 ans des émeutes de Stonewall, événement qui marque le premier point officiel sur la frise chronologique des luttes -visibles- de la communauté LGBTQI+, le Caélif et CNTRL célèbrent l’anniversaire des parents fondateur·ices de la culture militante queer en replaçant le « riot » au cœur de sa fête.

Pour cette première Queer Riot, quelques jours avant les fantastiques ré-jouissances de la Marche des Fiertés parisienne, les deux collectifs sortent leurs « crocs queer féministes intersectionnels ». A l’instar de leur inspiration de 69 alors nourrie par la convergence des luttes de la contre-culture et des droits civiques, il s’agit de commémorer le soulèvement d’une minorité contre l’oppression.

En 2019, époque schizophrène qui jongle aussi bien entre pinkwashing, invisibilisation et déchaînement de violences donnant lieu à plus ou moins d’indifférence, la Queer Riot est une soirée qui n’est pas là pour niaiser. Ses bénéfices serviront notamment à financer une partie du char des étudiant.e.s LGBT+ à la Marche des Fiertés.

A l’image des membres de sa communauté, la Queer Riot reste vénère et déterminée sans pour autant se gâcher le plaisir ou se priver d’amour.

Justement, du plaisir et de l’amour, il en découle à grosses gouttes de son line up chaud bouillant :

WAKANDA
Tough love BDSM pour les oreilles, ses beats addictifs frappent aussi délicieusement les tympans qu’ils les caressent.

BARBARA BUTCH
Déglingueuse de dancefloor, mais à coups de good vibes, de douce puissance et de techno disco explosive.

DOTCNT
Pyromanie de piste de danse sur fond d’épopée musicale à travers un univers clair-obscur de rétro-gaming.

Voir Aussi
santé_mentale_queer_manifesto21

VIGNEROUGE B2B BLEU.E MINUIT & CENDRE
Famille non-nucléaire, Vignerouge emmène ses enfants en B2B à la Java pour repeindre ses murs à l’acid.

Au milieu de tout cet amour sulfureux et bienveillant, une scène ouverte de baby drags portée par Cici Garette, radieuse nouvelle recrue de la scène burlesque de Montréal, Elliana, créature mélodramatique assoiffée de liberté et Cecilia Da Colonia, adolescente avec des rêves plein la tête.

Rendez-vous ce vendredi pour lutter, se consumer et tomber en amour sur un dancefloor pailleté.

EVENT

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut