Ultima #2 Dråpen. Dans une station d’épuration avec Arne Nordheim

Arne Nordheim, "Dråpen" 2001. Photo : Bekkelaget Vann AS
Arne Nordheim, "Dråpen" 2001 © Bekkelaget Vann AS

Le festival Ultima offrait pour l’édition 2017 la chance de visiter l’œuvre insolite d’Arne Nordheim (1931-2010) dans un lieu qui ne l’était pas moins. Dråpen (La Goutte) est l’une des dernières productions du compositeur norvégien, décédé en 2010. Arne Nordheim a produit dès les années 1960 des œuvres expérimentales explorant les instrumentations électroniques. Mais son installation sonore dans les cavernes souterraines de la station d’épuration d’Oslo (Bekkelaget renseanlegg) est probablement la plus étonnante !

Au cœur de la montagne, les sons émis par les vingt-deux enceintes se réverbèrent dans les grandes salles de la station et accompagnent les bruits de l’eau et des machines en action. L’activité de la centrale envoie des signaux et génère le déclenchement de certains sons et séquences sélectionnés par le compositeur. Muni d’un casque de protection, on déambule entre les piscines emplies d’une eau plus ou moins trouble. Ainsi, chaque visiteur vit une expérience sonore et spatiale unique, entre les tonalités passant d’une enceinte à une autre et au gré des fluctuations des chasses d’eau de la ville.

Mais Dråpen n’explore pas le comique son du « plouf » ! Outre une odeur un peu forte mais supportable, l’œuvre est scatologique tout en finesse. Le concept annonce l’ingéniosité poétique et philosophique d’un Rabelais. On imagine bien un passage de Gargantua vantant les mérites de cette symphonie du caca qui se joue dans les entrailles de la ville, au cœur de la montagne. Arne Nordheim entendait bien instruire ses visiteurs sur le fonctionnement de la purge de la ville tout en leur offrant une expérience esthétique de cet espace littéralement grotesque :

Dans les profondeurs de la montagne, nous devrions organiser une rencontre entre la technologie et l’humanisme. Le but serait d’expliquer les fonctions du lieu, et laisser les éléments du traitement des eaux déterminer le résultat auditif. 

Bekkelaget renseanlegg, Oslo. Photo : Mylène Palluel
Bekkelaget renseanlegg, Oslo © Mylène Palluel
Bekkelaget renseanlegg, Oslo. Photo : Bekkelaget Vann AS
Bekkelaget renseanlegg, Oslo © Bekkelaget Vann AS

La sélection Manifesto XXI des expériences musicales et insolites à Ultima 2017 (7-16 septembre 2017) :

Ultima #1. Les sérénades des rats de l’Opéra par Jana Winderen

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Mylene Palluel

L’art maniaque, cette eau-de-vie de raison

Narcisse, l’obsession de l’image de soi Le névrosé narcissique fait acte d’une...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *