Lecture en cours
Et si on s’intéressait vraiment à la santé mentale des personnes queers ?
santé_mentale_queer_manifesto21

Samedi à la Mutinerie, Friction Magazine organise une après-midi cruciale, autour d’un sujet de santé primordial mais curieusement très peu abordé pour et dans les communautés LGBTQ+ : la santé mentale.

C’est un fait avéré, les personnes queers connaissent des taux plus élevés de dépression, d’anxiété, de troubles obsessionnels-compulsifs et phobiques, de tendances suicidaires, d’automutilation et de toxicomanie. Ces résultats déplorables ne sont aucunement le fait d’une corrélation entre les problèmes de santé mentale et le fait d’être queer, mais découlent directement des difficultés à se soigner, entraînées par l’appartenance à une communauté discriminée et souvent mal comprise du corps médical.

L’isolement, les violences sociales, économiques ou physiques qui en touchent plus souvent les membres ainsi que l’absence de soins adaptés spécifiquement à ces problématiques, sont autant de facteurs aggravants qui peuvent précipiter les sujets fragiles sur la pente de la détresse psychique.

Pour tenter de mettre en lumière les questionnements hérités de cette réalité, l’équipe de Friction s’entoure de professionnel.les de la santé : Cha Prieur, thérapeute humaniste auteur·ice de « Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance », Lee Antoine le co-fondateur du chatbot « psy » Owlie et SOS Psychophobie, le collectif féministe qui lutte contre l’oppression neurotypique participeront à cette table-ronde indispensable suivie par des ateliers réservés aux principaux.les intéressé.es.

Voir Aussi

Sous cette forme, les personnes concernées seront elles-même invitées à échanger sur leur vécu de la maladie, des difficultés évoquées et des parcours de soin, dans une ambiance de bienveillance et de convivialité pour tenter ensemble de penser et partager les stratégies et ressources à mobiliser par le biais de la solidarité.

/ EVENT /
INSCRIPTIONS
(prix libre)

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut