Rituel : le festival défricheur qui redonne à Rennes son esprit underground

© Jean-Adrien Morandeau

L’année dernière, deux Rennais lançaient la première édition de ce qui est aujourd’hui en phase de devenir le festival le plus underground de la ville. En faisant le pari de ne se fier qu’à ses coups de cœur et avec la découverte comme seul mot d’ordre, Rituel est comme une vraie boîte à surprises qui reflète la passion du digging et l’envie du partage de ses deux jeunes programmateurs.

Pour la deuxième édition qui se tiendra du 14 au 17 novembre prochains, la programmation du festival est toujours aussi pluridisciplinaire et balance entre musique, tatouage et arts visuels. Surtout, elle se veut plus pointue et aventureuse que jamais : on avoue, tête baissée, qu’aucun des noms à l’affiche ne nous dit vraiment grand chose. Mais c’est ce qui fait l’essence de Rituel – l’avant-garde. Toute l’année déjà, l’association invite ponctuellement des groupes à l’émergence naissante ou à peine existante. On a ainsi pu voir se produire successivement Oh Mu, naughtybabysub, Arthur Chambry ou dernièrement Daisy Mortem dans les salles obscures de Rennes.

Déjà donc bien ancré dans la ville, Rituel 2 investira cette fois quatre lieux emblématiques de la culture alternative rennaise : l’Ubu, le Penny Lane et le Bar’Hic pour les concerts, et la friperie vintage Soleil Noir, désignée comme lieu de résidence et cœur du festival (sessions de tatouages, expo, DJ sets). Côté musique, on craque direct pour Perera Elsewhere et son r’n’b futuriste venu de l’espace, on lévite sur From Constellation et sa britpop psychédelique, et on se laisse prendre pas le groove coloré des Néo-Zélandais d’Orchestra Of Spheres (à voir lors de la soirée before du 2 novembre). Dans tout ça, on retrouvera les locaux de You! Vicious, Camden Supernova, Yabba et Nightmare Fuel, quatre groupes qui façonnent la scène rock Rennaise actuelle.

Pour les tatoos, c’est LA. Guish et Joseph Le Druide qui s’attelleront trois jours durant à la gravure sur peau. Leurs deux univers se répondent par l’utilisation du noir, mais s’opposent par leurs styles respectifs : dessins naïfs, jeux d’ombres et inspiration californienne pour l’un, traits fins, détails raffinés et penchant mystique pour l’autre.

Enfin, le travail commun de deux illustrateurs rennais, Elsa Adamus et John Azen, sera présenté à Soleil Noir tout au long du festival (vernissage le 14 novembre). Simplement nommé « Les gribouillis de Jojo et Zaza », l’exposition nous plonge dans leur double univers bordélique fait de monstres enfantins, de plantes domestiques qui ne connaissent pas l’hiver et de réflexions à la volée. Et dans tout ça, l’absurde n’est jamais très loin.

© Elsa Adamus & John Azen

CONCOURS

Les tatoueurs invités LA. Guish et Joseph Le Druide nous font l’honneur de pouvoir mettre en jeu deux flashs d’une valeur de 60€, à réaliser sur le festival (au cas où, et pour éviter tout malentendu, vous trouverez ci-après la définition Wikipédia : « le tatouage flash consiste à réaliser un motif déjà dessiné par le tatoueur et présenté dans son artbooks ou dans un magazine sur le tatouage. En quelque sorte, il s’agit de tatouer un motif tel quel, sans modification du tatoueur. »)

Envoyez-nous simplement un mail à contact@manifesto-21.com en précisant pour quel tatoueur vous participez. Et envoyez-nous un peu d’amour aussi avec, si vous pouvez.

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  • 172
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    172
    Partages
More from Juliette Bitauld

Hautes Fréquences festival. Là où la musique est bonne et où l’air est vivifiant

Peut-être que cela vous étonnera, mais l’un des événements les plus cool...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.