Lecture en cours
Refuge : entre ballades électroniques et percussions indiennes

Refuge : entre ballades électroniques et percussions indiennes

Manifesto 21 - Refuge

Difficile de catégoriser le nouvel album de Refuge, tant il est à la croisée des genres. Entre indie pop, électronique et sonorités indiennes, le résultat est d’une fragilité et sincérité hors-normes.

Il avait suffi d’un clip pour nous séduire à la fin de l’année dernière. « 2K16 », débutant sur quelques accords de piano et une voix des plus touchantes avant de glisser petit à petit vers des envolées lyriques électroniques, nous avait déjà emporté très loin. Le tout dans un univers oriental, mystique et sombre. « We all have a hunger » : tels sont les mots que nous répétait Florence + The Machine dans le single principal de High As Hope il y a presque deux ans. Et avec ce deuxième album qu’il décrit comme « une faim de vivre, une envie d’apprendre, d’expérimenter », Refuge a l’air bien d’accord avec la chanteuse anglaise.

A l’écoute de l’album, cette faim se ressent d’un bout à l’autre. Premièrement, celle d’expérimenter, car il est difficile de cataloguer le projet : penchant vers l’indie pop électronique, les superpositions de voix –auto-tunées ou pas- et les percussions indiennes en font quelque chose d’atypique. Deuxièmement, celle de vivre, car les morceaux sont de véritables histoires, des bouts de vie pleins d’émotions. La voix multi-facettes du chanteur touche et envoûte, venant sublimer la mélancolie des textes en français, anglais mais aussi hindi. « Silsila Yeh Chahat Ka » est justement une reprise issue du film bollywoodien Devdas, souvenir de son enfance. Si l’on pourrait qualifier la plupart des morceaux de « ballades électroniques », le dernier « Lava » triture la voix dans tous les sens et monte en puissance jusqu’à un final électrisant de synthés et de kicks. Paradoxalement, c’est sûrement le morceau le plus touchant, dans sa structure ou dans les effets. Il y a de quoi donner des frissons. Hunger est la preuve ultime, s’il en fallait, qu’électronique peut rimer avec émotion et sensibilité.

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut