Lecture en cours
Plongez dans le New York underground des années 80 au Jeu de Paume

Dans le cadre de l’exposition Peter Hujar. Speed of Life, jusqu’au 9 février 2020, le Jeu de Paume propose une riche programmation. Le mardi 3 décembre, une soirée de projections vous propose de vous plonger dans l’East Village des années 1980 avec un diaporama de photographies et la projection d’un documentaire consacré à la vie et l’œuvre de l’artiste David Wojnarowicz, figure de proue de cette scène artistique.

Quartier au sud-est de Manhattan, l’East Village a connu une période d’effervescence créatrice inégalée au tournant des eighties. Artistes, cinéastes, musiciens, écrivains, se sont réunis·es dans ce quartier, alors délabré, à l’abandon, et donc bon marché. Un véritable esprit de collaboration s’est développé à cette période entre tous les artistes qui y vivaient, et ce quartier est devenu l’épicentre de la scène artistique new-yorkaise underground et de la contre-culture pendant quelques années, jusqu’au changement de politique urbanistique ainsi qu’à l’arrivée du sida, épidémie qui a ravagé une grande partie des acteurs·rices de ce milieu, dont Peter Hujar (en 1987) et David Wojnarowicz (en 1992).

« Self-Portrait in 23 Rounds, un chapitre dans la vie de David Wojnarowicz (1989-1991) » est un « essai cinématographique » réalisé par Marion Scemama, amie proche de David Wojnarowicz, en collaboration avec François Pain. Mêlant des extraits d’une interview dirigée par le philosophe Sylvère Lotringer en 1989 et des images d’archive inédites de la réalisatrice, ce documentaire dresse un portrait intime émouvant de l’artiste tout en éclairant sa pratique artistique et sa conception de la vie, de la sexualité, de l’amour et de la mort à une époque ravagée par l’épidémie de sida. On y découvre la rage d’un artiste engagé, figure emblématique de la lutte politique et sociale contre l’épidémie, dénonçant l’incurie et l’hypocrisie du gouvernement conservateur de l’époque face à cette crise.

Longtemps méconnu en Europe, l’œuvre de David Wojnarowicz jouit aujourd’hui (enfin !) d’une reconnaissance dans le monde de l’art. Ne ratez pas l’exposition I wake up every morning in this killing machine called America à la New Galerie (Paris 3ème), qui présente jusqu’au 21 décembre des photos et vidéos issues de la collection personnelle de Marion Scemama et/ou qu’elle a réalisées en collaboration avec David Wojnarowicz. Une autre exposition de l’œuvre de l’artiste a lieu jusqu’au 2 février au MUDAM (Luxembourg). Intitulée History Keeps Me Awake at Night, c’est la grande rétrospective organisée par le Whitney Museum (New York) à l’été 2018 qui est présentée, après être passée par le Reina Sofia (Madrid). Et bien entendu, vous pouvez voir des photographies de David Wojnarowicz prises par Peter Hujar, son ami, amant et mentor, dans le cadre de la très belle exposition que consacre le Jeu de Paume à ce grand photographe méconnu.

Voir Aussi

Retrouvez toutes les informations sur l’événement facebook de la soirée.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut