Le marché de l’illustration impertinente au Hasard Ludique

hasard_ludique_manifesto

Le 14 et 15 avril, venez célébrer le désir et l’extase au Hasard Ludique qui présente le marché de l’illustration impertinente. Une vingtaine d’artistes se livrent. Placées sous le signe de l’humour, du dark ou de l’explosion de couleurs, les illustrations proposeront chacune leur version du plaisir sexuel et du langage du corps. Quelles facettes du désir veulent-ils faire ressentir à celui qui regarde? Comment dessiner l’extase, si intime et collective à la fois? Expos, DJ set, flash tattoos by Safia Bahmed-Schwartz (que nous avons jusqu’ici présenté à travers sa musique plus que son dessin), nos sens seront convoqués en ce début de printemps.

anna_uru_manifestixxi
©Anna Uru
hugo_devoucoux_manifestoxxi
©Hugo Devoucoux

J’essaye de reproduire la sensualité dans mes travaux, de la retranscrire le plus fidèlement possible. Je mêle l’attraction des corps et la sensualité. Je suggère au lieu de tout montrer, afin de laisser le spectateur imaginer et laisser libre cours à ses fantasmes.

L’extase se dessine de manière subtile, il ne faut pas trop en dévoiler, susciter l’intérêt du spectateur.
Il faut faire naître le désir en mêlant les formes, jouer avec les ombres et la lumière pour faire apparaitre la sensualité des courbes. En jouant sur les expressions et les positions des corps, l’extase peut être représentée de diverses façons. Elle apparait ainsi, singulière, propre à chacun.
Hugo Devoucoux
bleu_tendresse_manifesto
©Bleu Tendresse
emilie_caie_manifestoxxi
©Emilie Caie

Je dirais un désir sombre, coulant. Une facette de désir qu’on garde cachée, qui ramène à un état sauvage, instinctif, gênant peut être ? En tout cas, il y a une volonté de représenter les fluides, les corps, de jouer avec ce qui peut être considéré comme honteux ou tabou dans un imaginaire irréel.

Je suis pas sûre d’arriver à dessiner l’extase, mais dans mes essais, ce sont les corps qui parlent, qui communiquent avec leurs liquides, leurs gras dans une sorte de langage universel. J’essaie de dessiner ces moments où on s’abandonne, et où a l’inverse de la définition de l’extase – « être en dehors de soi », on serait en nous-mêmes, totalement connectés avec les profondeurs de notre corps, en osmose avec ses désirs les plus obscènes.

Emilie Caie

maison_riso_manifestoxxi
©Maison Riso
safia_bahmed_shwartz_manifestoxxi
©Safia Bahmed-Schwartz
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manifesto XXI

MANIFESTO XXI // LE 45 TOURS [EVENT]

Télécharger le communiqué de presse Parce que rien de tel qu’entamer l’année...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.