Lecture en cours
« Crépuscule des Dieux », l’assimilation wagnérienne de Sônge
Le premier album de Sônge, Flavourite CÂLÂ, sortira le 22 mars.

Après un premier EP éponyme très remarqué et une tournée importante, le premier album de Sônge, signée chez Parlophone, est attendu pour mars. La chanteuse et productrice en dévoile un troisième extrait, « Crépuscule des Dieux », inspiré de la Tétralogie de Wagner « L’anneau du Nibelung ».

Harmonies et mélodies audacieuses mêlant influences électroniques, pop et urbaines, au service d’un univers coloré et dansant ; le 22 mars sortira le premier album de Sônge, Flavourite CÂLÂ. Trois titres sont déjà disponibles : « Roses », « Magic Hairdo », et « Crépuscule des Dieux ».

Sônge découvre en classe de musicologie la Tétralogie wagnérienne, incarnation musicale du romantisme tardif du XIXème siècle. Composée de quatre opéras (L’Or du Rhin – prologue – La Walkyrie, Siegfried et Le Crépuscule des dieux), elle est créée à Bayreuth en 1876. Le dernier volet, dont s’inspire Sônge, est le point de départ de la légende de l’anneau du Nibelung, un drame qui raconte la fin d’un monde, celui des dieux.

« J’ai vu l’horizon s’embraser… » Sônge outrepasse les légendes médiévales et les traditions antiques qui ont inspiré l’opéra, et livre une version ultra-modernisée auto-tunée de l’appel d’un destin tragique. L’œuvre wagnérienne mêle les intrigues, superpose les strates temporelles, réunit dieux, créatures légendaires et hommes… Le clip est un collage qui entrelace aussi différentes esthétiques. Jungle et félins s’entremêlent entre live-action, dessins immobiles et animations ultra-minimalistes dans un montage en rafale. La chanteuse règne sur cette nature artificielle et les animaux qui l’animent. Les frontières entre le réel et l’animé sont brisées, ce qui nous plonge dans un univers coloré certes, mais aussi onirique, caractéristique des créations de Sônge.

Voir Aussi

Release party le 28.03 au Badaboum /

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut