Lecture en cours
Podcasts – Comment s’aimer quand c’est la fin du monde

A cette grande question, nous avons trouvé quelques réponses sur l’art d’aimer au XXIe siècle auprès d’experts ès drague et râteaux à l’ère de la fin du monde : retour audio sur deux conférences originales présentées par l’équipe de Manifesto XXI, en collaboration avec la journaliste Alice Pfeiffer, dimanche 20 octobre à La Station.

Sujet littéraire par excellence, le sentiment amoureux ne cesse d’évoluer avec les humains et les sociétés qui le racontent. Romantique, contractuel, sensuel, obsessionnel, il incarne le monde dans lequel il voit le jour.

Alors comment aime-t-on en 2019 ? Dans un monde de plus en plus fluide, dans lequel les réseaux sociaux occupent une place centrale, où les médias nous laissent présager presque la fin du monde, les amours s’ouvrent, se réinventent tout en créant des peurs nouvelles.

Comment tombe-t-on amoureux aujourd’hui ? Sommes-nous de plus en plus émancipés des conventions ou bien assujettis aux règles d’un capitalisme érotique ? Comment rompre à l’heure du narcissisme généralisé et de l’apocalypse annoncée ?

La rupture, avec son pouvoir de redéfinir notre personnalité, ou à nous disloquer jusqu’à la folie, pourrait bien être la plus grande phobie des temps modernes. Et si la rupture amoureuse était un avant-goût de la fin du monde ?

Amour et réseaux sociaux : dis-moi comment tu baises, je te dirai combien tu pèses

Avec :
Alice Pfeiffer, journaliste pour Les Inrockuptibles, autrice de Je ne suis pas parisienne (Stock)
Judith Duportail, journaliste et autrice de L’amour sous algorithmes (Ed. Goutte d’Or)
Richard Mèmeteau, auteur de Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l’ère numérique (Zones)

Rupture : échouer avec style au temps de l’apocalypse

Avec :
Costanza Spina, rédactrice en chef de Manifesto XXI
Claire Marin, philosophe, auteure de Rupture(s) (L’observatoire)
Martin Bachelard, instagrameur, créateur du compte instagram @exrelou

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut