Lecture en cours
Cloud Factory : Nouveau né d’une scène féconde

Cloud Factory : Nouveau né d’une scène féconde

Le tout nouveau quintet garage rock de Toulouse : Cloud Factory, se lance avec un premier EP, le bien nommé Cloud Factory #1, sur les labels Howlin’ Banana et Le Cèpe Records.

En France, nous avons la chance de posséder une scène musicale décentralisée avec, comme en cuisine, certaines spécialités régionales. Même si la capitale reste un passage presque obligé pour une reconnaissance nationale, des villes aux quatre coins du pays sont progressivement devenues des places fortes de la culture et de l’industrie musicale. C’est le cas de Toulouse, submergée par son bouillonnement artistique. Récemment formé au cœur de la ville Rose, où la scène rock bourgeonne comme un printemps ensoleillé à la faveur de groupes comme CATHEDRALE, Princess Thailand, Bruit, Foggy Tapes, Slift, j’en passe et des meilleurs, Cloud Factory est le fruit de cette crue de la Haute-Garonne.

© Cloud Factory

Union créative pour une diversité artistique

Construit autour d’Alice Blazutti, guitariste et chanteuse du groupe Noir Audio et de Robin Titube de CATHEDRALE, c’est avec quelques compositions qu’ils ont décidé de se lancer dans ce side project garage-pop. Le duo se développe rapidement, rejoint par une équipe qui compte Romain, cueilli chez Maelstrom, pour étoffer les parties de guitare, Ben qui officie également dans Bogan, à la basse, et Bruno Dibra, élément clef du groupe Renarde, derrière la batterie. Cloud Factory est le produit de cette nouvelle génération de musiciens toulousains dont les membres sont chacun issus de formations locales.

Satisfait par la dimension qu’embrassent leurs compositions, ils décident d’aller enregistrer cinq chansons avec Lo’ Spider, ingé son du studio Swampland, référence dans la scène rock toulousaine. En attendant de découvrir la réaction des auditeurs face à ce projet balbutiant, Cloud Factory a pris la température avec la diffusion d’un premier clip, celui du titre « Amnesia », qui ouvre Cloud Factory #1.

Cette mouture garage au chant féminin élabore un son percutant qui se rapproche dans son interprétation survoltée de leurs congénères rouennais We Hate You Please Die (dont le premier album a été réédité par… Howlin’ Banana et Le Cèpe Records, justement). L’EP est attendu pour le 3 juillet sur les labels indépendants précédemment cités, artisans du renouveau post-punk et garage dans la paysage sonore hexagonal. Il est disponible au format digital et en cassette audio, symbole de la résurgence des tendances vintages et objet de résistance dans l’ère du tout numérique où les artistes sont modiquement rémunérés au clic et au temps d’écoute sur des plateformes qui transforment l’industrie musicale à l’instar de Spotify.

Voir Aussi
Bagarre

Image en une : © Cloud Factory

Suivre Cloud Factory : Facebook – Bandcamp

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.

Défiler vers le haut