EXCLU : OBB, premier single sensuel du nouveau projet Blond

© Marie Rouge

Un chant androgyne posé sur des atmosphères pop, urbaines et aériennes, voilà les premières impressions que laissent les titres de Blond que vous pourrez découvrir peu à peu prochainement. Producteur appliqué, il mêle des influences allant de la future bass au rap en passant par l’indie pop, en explorant la langue francophone et le registre aigu de sa voix masculine. Tout premier single du projet, minimaliste, efficace et sensuel, ‘OBB’ devrait aisément trouver une place dans vos playlists de l’été.

Quelles sont les principales influences du projet ? Les envies qui l’ont initié ?

Quand j’ai commencé ce projet j’avais envie de tester de nouveaux trucs, d’explorer la composition différemment, de faire une musique un peu plus produite que ce que j’avais jamais fait. J’ai commencé à faire de la musique sur ordinateur très récemment, avant je trouvais des arrangements en studio de répète, maintenant je passe des heures chez moi à composer, à chercher, à m’amuser. C’est sans limite. Un des premiers titres qui m’a guidé et inspiré c’est « I get it now » de FJORD. Et je pense à un titre aussi de RY X, « Shortline ».

Pourquoi ce choix de baptiser le projet ‘Blond’ ? 

Blond c’est juste mon nom. Je voulais que ce soit simple et sans artifice.

À quoi peut on s’attendre stylistiquement pour les sorties à venir ?

Il y a ce même fil conducteur du chant en voix de tête qui est pour moi la manière la plus directe de m’exprimer. C’était difficile à assumer d’avoir une voix aussi aiguë, mais c’est ce qui me vient naturellement quand je me mets à chanter au piano ou à la guitare. Après dans les autres titres, les textes sont plus denses et plus sombres. Du coup ça donne un côté plus urbain tout de suite, surtout quand les parties ne sont presque pas chantées. J’adore aussi qu’on puisse se poser sur le rythme et le flow plus que sur les notes, ça donne une autre dimension aux textes. Cette balance est super importante pour moi. J’ai besoin de chanter et de parler.

L’ambition est de prolonger le projet en live, à quoi devrait-il ressembler ?

Oui je commence à penser au live, je vais avoir un premier concert en septembre, je ne sais pas encore ce que je vais faire mais une chose est sûre c’est que je serai tout seul (donc gros stress ahah). Il y a pleins de possibilités, je vais bosser ça cet été.

C’est assez rare d’entendre ce genre de productions avec ce type de voix et en français, d’où est venu cette identité ? Est ce que le choix de la langue a été difficile ?

Même si la plupart des morceaux que j’écoute sont en anglais, j’avais envie de chanter en français donc il n’y a pas vraiment eu de choix à faire. J’écoute pleins de musiques différentes. J’ai eu un groupe folk, ça fait partie de ma construction aussi. Après, le mélange de tout ça, il se fait sans qu’on s’en rende vraiment compte. J’ai mon ordi, mes guitares et mes synthés, et j’avance pas à pas vers je ne sais pas trop où !

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Eléna Tissier

Rencontre avec le label Brain Washer Records

Rencontre avec Darius Zoltan, dj, producteur, et fondateur du label Brain Washer...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.