Lecture en cours
Arty Farty célèbre avec panache ses 20 ans de lutte pour les contre-cultures !

Ce week-end Arty Farty fête ses 20 ans et s’offre l’Auditorium de Lyon pour 3 jours de célébration. Après avoir porté pendant deux décennies la reconnaissance de la musique électronique dans ce qui fût la « capitale de la répression anti-techno », l’association se réapproprie le vaisseau amiral de la musique classique lyonnaise.

Celleux à qui l’on doit les Nuits Sonores vous embarquent du 15 au 17 mars pour faire vibrer différemment tous les recoins de l’impressionnante architecture bétonnée  de l’Auditorium, avec l’Orchestre national de Lyon en co-pilote.

Au sommaire de cet anniversaire, une inauguration sous le signe de l’immersion, la fusion de l’électronique et du classique et de la musique militante voire politique. Le tout ponctué de club et d’extras loufoques, surréalistes et décalés.

La première soirée s’ouvrira sur la Nuit Immersive imaginée par Tracks et présentée par l’Adami. Ces dernièr·es fédèrent l’innovation technologique au service de la création artistique qui sera délivrée ici par Molécule, Moon Ribas, m-O-m et Marmoset & Tiggy Thorn de Kindergarten lors d’une déambulation sonore à travers des performances et installations étonnantes confondant son et lumière, vibrations et tremblements de terre.

Arty Farty rendra également hommage à sa terre d’accueil du week-end lors d’un concert inédit de l’Orchestre national de Lyon qui enverra ses 104 musiciens aux frontières de la musique électronique pour une rencontre d’un nouveau type avec la DJ-compositrice Shiva Feshareki et le quatuor de synthés de Shakerloops.

Enfin s’il est une performance à ne pas manquer, c’est probablement celle d’Arnaud Rebotini et de l’ensemble orchestral qui interprétera en live, et en première mondiale, la bande originale de 120 battements par minute. Arnaud Rebotini donnera ici un tout nouveau sens à la croisée des genres qui le caractérise depuis ses débuts pour faire retentir plus fort que jamais la voix de celles et ceux que sa musique représente, celles et ceux qui ont lutté.

Voir Aussi

Une clôture en écho aux 20 ans de musique et d’engagement d’Arty Farty qui invite Agnès Gayraud (aka la Féline aka l’autrice de  La dialectique de la pop) à ouvrir le débat sur la place de La musique comme bande son de nos luttes en préambule de l’illustration parfaite de cette problématique servie par la musique de survie de Rebotini.

EVENT

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut