Manifesto XXI

Encore un top pour surfer sur l’interminable vague de la nouvelle année ? Plutôt l’occasion de vous partager les 7 jeunes artistes, découverts l’an passé, et dont on attend avec impatience les prochaines apparitions en 2019 !

Point de ligne directrice, ici, ni de tentative d’inféoder les pratiques de chacun de ces plasticiens à une quelconque tendance artistique ou sociétale, mais une sélection diverse, dans les sujets autant que les médiums abordés. Ces artistes ont en commun, peut-être, de porter un regard non pas sur l’art lui-même, comme un miroir dont le reflet n’intéresserait guère que son auteur, mais davantage sur le monde alentour, le leur tant que le nôtre.

Laure Barillé

Mood : dans les rues de Paris pendant une fashion week

Installée en Bretagne, cette ancienne couturière diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2015, crée des sculptures mêlant la technique de la couture, longtemps dévaluée, à d’autres matériaux tels que le bois et le métal. Angoissants, ludiques et poétiques, qu’est ce que ses « corps tripes à l’air » questionnent ? À la fois notre identité, notre humanité, et notre rapport charnel au monde. Laure Barillé a exposé ses sculptures de tissus à l’espace Thorigny en octobre 2018, dans le cadre de l’exposition « Yes and more No » dénonçant les violences sexuelles, et dont tous les bénéfices ont été reversés à l’ONG Care France.

Où la trouver en 2019 ?

  • À partir du 26 avril 2019, Tout peut « À rêver » !, avec l’artiste Ylva, la Skol Sant Anton, Pouldergat, association le « Genou Vrillé »

Son site Internet

Manifesto XXI
Personnages, 2018 © Laure Barillé
Manifesto XXI
Personnages, 2018 © Laure Barillé
Manifesto XXI
Personnages, 2018 © Laure Barillé

Camille Sauer

Mood : Ce grenier de campagne où, enfants, vous inventiez un monde.

Certaines œuvres ne parlent que d’art. Camille Sauer, d’à peu près tout le reste. Quel dénominateur commun entre ces jeux de société qu’elle réinvente, les plateaux d’échecs enchevêtrés qui se font miniatures des relations géopolitiques internationales, ou encore cette curieuse manifestation, taki 183, où elle invitait des artistes à prendre poétiquement la rue ? Camille Sauer joue, et nous invite à faire de même. Mais ses règles ne sont pas tout à fait celles que nous attendions. Comme si son art pouvait être le pas de côté qui nous ferait voir les règles tacites de nos relations, fussent-elles entre nos êtres ou nos Etats.

Où la trouver en 2019 ?

  • En Avril, au 64ème Salon de Montrouge
  • En Juillet, à l’exposition des Félicités des Beaux-Arts de Paris

Son site Internet

Manifesto XXI
Vous vaincrez sans convaincre, 2017 © Camille Sauer, André An
Manifesto XXI
L’Homme sans aveu, 2018 © Camille Sauer, André An
Manifesto XXI
Guerre chaude, 2018 © Camille Sauer, André An

Salomé Partouche

Mood : Un matin dans ton lit, fiévreu-se-x et nostalgique de la soirée disco trash de la veille

Artiste pluridisciplinaire, également co-fondatrice de la Biennale de Paname, Salomé Partouche travaille à la fois la photographie, la vidéo, la céramique, la scénographie… À la croisée des mondes de l’art et du spectacle, elle nous ravit par son approche directe, sensuelle et dénuée de jugement du corps humain dans tous ses états. Elle crée un monde de strass et de paillettes peuplé de « créatures » humaines magnifiques afin de questionner la pudeur, la beauté, le genre et sublimer la différence.

Où la trouver en 2019 ?

  • Le 4 février, diffusion du tournage réalisé pour mad dans le cadre d’une collaboration avec Nike
  • Octobre 2019, pour la 2ème édition de la Biennale de Paname

Son site Internet

© Salomé Partouche
© Salomé Partouche
© Salomé Partouche

Trapier-Duporté

Mood : Votre appartement visqueux un dimanche de cadavres.

Le duo Trapier-Duporté s’est formé lors d’une fête. Son lendemain, plutôt. Ils ont depuis repeint de Merlot une galerie toute entière, leur wine cube, quand ils n’y faisaient pas fondre un odorant fromage, ou bouillir l’eau d’un mug inspiration Friedrich. Foutage de gueule pédant ? Plutôt un cri rageur autant que dérisoire : celui d’une génération trainassée d’after en after, elle qui cherche le soleil de midi à 14h du matin, plutôt que d’accepter demain comme un autre aujourd’hui.

Où les trouver en 2019 ?

  • En Avril, À l’International Nomadic Contemporary Art Biennal de Casablanca
  • Pendant la Biennale de Lyon, au sein de l’excitant projet collectif Creep Train

Leur site Internet

Manifesto XXI
Coup de Barre (vue d’exposition), 2017 © Trapier-Duporté, Julia Le Noel
Manifesto XXI
Rückenfigur, 2018 © Trapier-Duporté
Manifesto XXI
L’animisme domestique, 2015 © Trapier Duporté

Arthur Crestani

Mood : devant le portrait d’un enfant vietnamien posté par cet-te ami-e Facebook parti-e sauver le monde en sillonnant l’Asie en sac à dos

Arthur Crestani s’est mis à la photographie après des études de politique de la ville, qui influencent largement son travail. Il insère une véritable réflexion sociale et politique sur l’espace urbain et son rapport aux hommes dans ses séries photographiques. On l’a découvert avec la série Bad City Dreams, lauréate du Prix du Public au Prix Dauphine pour l’art contemporain 2018. Réalisée à Gurgaon, en banlieue de Delhi, et inspirée par la photographie de foire indienne, cette série interroge avec tendresse et humour la disparité entre les images publicitaires idylliques et la réalité sociale de cet espace périurbain peuplé de travailleurs exclus de la croissance économique. On a hâte de découvrir son premier livre de photos, actuellement en préparation, et la suite de ses explorations sur la fabrique de la ville contemporaine, en Inde et en France.

Où le trouver en 2019 ?

Voir Aussi

  • Du 23 mai au 13 juillet, la série Bad City Dreams sera exposée Festival du Regard, Cergy-Pontoise
  • En novembre-décembre, la série Vigils sera projetée dans le cadre de « Jeune Création » à la Fondation Fiminco, Romainville

Son site Internet

Manifesto XXI
« Bad City Dreams », 2017, © Arthur Crestani
Manifesto XXI
« Bad City Dreams », 2017, © Arthur Crestani
Manifesto XXI
« Bad City Dreams », 2017, © Arthur Crestani

Clément Denis

Mood : au sortir d’un rêve dont vous ne savez trop s’il était érotique ou glaçant.

Frais émoulu des Beaux-Arts de Paris, c’est d’ailleurs à son diplôme, en décembre dernier, que nous avons découvert les peintures de Clément Denis. De loin, on croit voir en ses grandes toiles des compositions abstraites et chargées. S’approchant, on découvre un enchevêtrement de corps, nus et dépouillés : ces corps, uniques éléments du tableau, sont un paysage charnel. S’en dégage un érotisme un peu suranné, antique peut-être. Mais ne charrient-ils pas plutôt une angoisse contemporaine, des situations lointaines, vécues et comprimées à travers les écrans ? La réverbération d’un monde d’informations, dont nous pouvons jamais tout à fait réchapper : le corps, source de désirs, est pour d’autres souffrance, au même instant. Le titre de l’œuvre en question, Lesbos, laisse entière ambiguïté.

Où le trouver en 2019 ?

  • Du 20 Mai au 1 Juin 2019, à la Galerie du Crous, pour Vibrance, Duo show avec Arthur Grosbois
  • En Septembre, à la LMS Gallery, Bruxelles, pour l’exposition collective Peinture, l’émergence française

Son site Internet

Manifesto XXI
Lesbos, 2017 © Clément Denis
Manifesto XXI
Radeau, 2017 © Clément Denis
Manifesto XXI
Gouffre, 2017 © Clément Denis

Randa Maroufi

Mood : le contrechamp d’une brève AFP sur votre newsfeed.

Découverte cette année au Prix Révélations Emerige, Randa Maroufi y exposait deux vidéos. Quelles correspondances entre Le Park, fascinant mannequin challenge saisissant le désœuvrement de jeunes dans un parc abandonné de Casablanca, et Stand-by office, matérialisant l’errance bureaucratique de réfugiés dont on refuse le droit à travailler ? Peut-être la capacité de la jeune artiste vidéaste, passée notamment par Le Fresnoy, à créer des tableaux vivants qui jouent avec l’actuelle fascination pour l’image – celle de ses sujets autant que la nôtre – pour mettre en exergue ce que les réseaux tendent justement à invisibiliser, du moins à ne montrer que sous le régime du drame et du sensationnel.

Où la trouver en 2019 ?

  • À la Galerie Paradise, Nantes.
  • À l’Écart, Lieu d’Art Actuel, Quebec, pour une exposition personnelle
  • Au Centre d’art contemporain Sagamie, Quebec.
  • Au Musée MA Rouyn-Noranda, Quebec.

Son site Internet

Manifesto XXI
Le Park, 2015 (vidéo) © Randa Maroufi
Manifesto XXI
Stand-By-Office, 2017 (vidéo) © Randa Maroufi
Manifesto XXI
Nabila & Keltoum, 2015 © Randa Maroufi

Par Samuel Belfond et Anne-Charlotte Michaut

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut