5 raisons de se précipiter au MOFO #15 par la programmatrice Anaïs Garcia

Pour sa quinzième édition, le MOFO s’apprête à investir Mains d’Oeuvres trois jours durant avec une programmation toujours aussi avant-gardiste que défricheuse, placée cette fois sous le signe du requin. Malgré quatre années de pause par intermittence et quelques difficultés courageusement traversées, ce « festival en eaux troubles » peut aujourd’hui fièrement camper sur sa position de festival le plus indé de la capitale.

Petit mais robuste, s’auto-décrit le MOFO. En 15 éditions, le festival a vu passer moult programmateurs qui ont façonné une ligne artistique des plus éclectiques, avec la découverte comme fil rouge. En bon dénicheur qui se respecte, c’est au MOFO qu’on a pu découvrir la techno sombre et imposante d’ Arnaud Rebotini, la house bricolée de Musique Chienne, la pop folle de Gablé, le rock tranchant de Rendez-Vous, la britpop des mythiques Teenage Fanclub… Depuis 2018, c’est Anaïs Garcia qui orchestre les noms de l’affiche. Et cette année encore, le MOFO présente une édition pleine de promesses avec Arne Vinzon, Domenique Dumont, Strasbourg, Maria Violenza, Mottomoda et bien d’autres.

Si ce n’est pas assez pour vous convaincre, voici 5 bonnes raisons de ne louper cet événement pour rien au monde, par Anaïs Garcia.

1. Pour fêter son quinzième anniversaire 

Le festival, initié en 2001 par Herman Dune, a fait du chemin. Après 2 ans de pause, MOFO est revenu en 2017 avec plus que jamais l’envie de partager avec son public fidèle et exigeant les découvertes musicales, pépites trouvées ailleurs ou à côté. Cette édition sera plus que jamais défricheuse, généreuse et éclectique.

2. Pour y découvrir des projets inédits

Deux créations originales verront le jour lors du festival :
– Les deux duos de Territoire et Grand 8 s’associeront au vidéaste de Tabloïd pour un voyage entre son et image, pop et improvisations ambiantes.
– Laurence Wasser, véritable explorateur multi-instrumentiste nous livrera lui aussi une création à la croisée de ses mondes appelée « Flowers ».

3. Pour une diversité internationale

La fine fleur de la scène indépendante étrangère fera le déplacement : Manchester, Berlin, Détroit, Rhia ou encore Montréal, on y retrouvera plus de 20 groupes aussi hybrides qu’inclassables. Que vous aimiez la pop, le garage, l’ambient le rock psyché la noise ou la musique électronique, vous serez servi.e.s.

 

4. Parce que le prix d’entrée est tout doux.

Six groupes par soir (et même neuf le samedi), des installations, des DJs, des stands dans cinq salles, tout ça pour 12€ (en prévente, hors frais de loc), ce n’est pas beaucoup, non? La question de l’accessibilité à la culture est une question essentielle depuis toujours pour nous.

5.Pour l’after !

On clôturera le festival dans la nuit de samedi à dimanche, de 23h30 à 7h à La Station Gare des Mines, avec Deux Boules Vanille, Craow et pleins d’autres.

Comme tout cela vous a bien donné envie de courir au MOFO, on vous offre 2×1 place pour le jeudi et 2×1 places pour le vendredi. Ca se passe par email à contact@manifesto-21.com, en précisant le jour de votre choix

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
More from Manifesto XXI

Polychrome et Manifesto XXI présentent Creepy Sisters, nuit de folie le 28 avril au Trabendo

Le temps d’une nuit mystique, nous alignons nos énergies avec le collectif ...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.