Lecture en cours
Mila Dietrich nous tient en respect avec son nouvel EP Riffles

Lauréate du BPM contest 2019, Mila Dietrich séduit dans le paysage français de la musique électronique, et à raison. Elle sortait Riffles le 23 avril, et sera aux platines du Petit Bain vendredi 3 mai pour les cinq ans de Manifesto XXI.

DJ et productrice montée de Marseille, et montante, Mila Dietrich est une étoile qui brille dans le dark side de la scène électronique française. Elle file, trajectoire confirmée en mars avec le 1er prix du BPM contest. Il y a deux ans, on vous décrivait de sa musique comme « aussi mentale que physique, propre à la transe de club et aux atmosphères cinématographiques obscures et haletantes, à base de beats implacables, de vocaux ensorcelants et d’ambiances à l’arrière-goût de rave poisseuse ».

Ce qui commençait en dark techno de hangar avait pris le chemin de la techno berlinoise, pour ensuite se diriger vers une musique moins irréductible, à la croisée entre techno progressive, électro, cold wave, EBM et trance. Les nouveaux titres de son dernier EP, Riffles, sonnent plus vintage, comme une techno minimale teintée de synthwave.

Voir Aussi

Cette fois-ci, plus d’histoires sexy sombres, pas de paroles. « Riffles » et « Skywalker », deux sons qui ne doutent pas, qui avancent implacablement. Un parti pris qui rend la musique beaucoup plus synthétique qu’analogique. Des bruitages qui font penser aux – bonnes – musiques de jeux-vidéos. La vibe rétro épique vient entre autres de la mélodie de synthés pour « Riffle » et des roulements de caisse claire pour « Skywalker ». L’EP accompagne les deux titres de trois remixes de Hearecordings (Nesstor, Subsone, Gentry) : le premier aux accents acid, le deuxième plus dark, le troisième carrément plus vener. Un travail d’ambiance poussé pour les trois remixes, plus carrés, plus texturés, complémentaires même si moins… Mila.

Mila Dietrich et les autres membres du collectif Conspiration sont à retrouver le 3 mai au Petit Bain pour les cinq ans de Manifesto XXI.

© 2019 Manifesto XXI. Tous droits réservés.
Défiler vers le haut