Une muse au masculin = un garçon féminin ?

Muse: nom féminin selon le Larousse. A croire que seules les femmes seraient capables d’être source d’inspiration pour les artistes. L’image d’Epinal consacre souvent la splendide jeune femme qui donne la force de créer à un artiste torturé dans un atelier parisien mansardé. Ce terme vient tout droit de la mythologie grecque où les Muses désignaient les divinités qui servaient de lien entre les artistes et les dieux. Même de nos jours, la muse est souvent considérée comme celle qui permettra à l’artiste de se connecter à la force quasi divine de l’inspiration.

Mais pourquoi limiter cette figure de l’anthologie artistique aux femmes ? Il n’y a pas qu’elles pour inspirer la beauté et le désir. Les représentations de figures et de corps masculins font d’ailleurs partie intégrante de l’art classique et cela dès l’Antiquité. Pourtant, il semblerait que les hommes ne se soient pas encore complètement emparés de ce rôle. Il y a pourtant plusieurs hommes qui mériteraient d’obtenir ce titre. Le mystérieux jeune homme à qui Shakespeare a dédié l’ouvrage Les Sonnets en est de ceux qui ont été le plus fantasmé au fil des siècles. Plus récemment, on peut aussi considérer que Neal Cassady, l’éternel compagnon de route de Jack Kerouac, a été une  sorte de muse sans qui le roman Sur la route n’aurait sans doute pas vu le jour et qui a même été une grande ressource d’inspiration pour tous les écrivains de la beat generation de manière générale.

nealcassady-manifesto21-ledésir
Neal Cassady en 1956

L’exposition de fin 2013 du Musée d’Orsay consacrée au nu masculin a également montré une très large gamme d’œuvres inspirées par la beauté des corps d’hommes. Toutefois, le fait qu’il ait fallut attendre 2013 pour qu’une exposition de ce genre soit organisée pour la première fois montre bien que la vision érotique et esthétique du corps masculin reste encore un tabou. On peut le voir d’autant plus quand on visionne le reportage fait par le 20h de TF1 sur le sujet, qui parle d’une exposition « osée » et « dévergondée ».

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=IXsInKvv2TY]

Vidéo bande annonce de l’exposition « Masculin/Masculin » au Musée d’Orsay

Mais les muses masculines ne peuvent-elles exister que sous le regard d’autres hommes ?  Qu’en est-il du désir et du regard féminin ? D’après l’écrivaine Regine Detambel, il a longtemps été difficile pour une femme de s’assumer en tant qu’artiste et de considérer ses œuvres comme aussi dignes que celles des hommes. De plus, le désir féminin est encore très peu considéré de nos jours et cela peut-être encore plus que le désir homosexuel masculin. Cela peut donc expliquer que les femmes aient du mal à renverser le modèle hétéro-normé de la femme passive et de l’homme actif pour enfin utiliser leur désir pour les hommes en matière de création. On retrouve beaucoup plus le modèle du couple d’artistes où l’homme sert souvent de mentor et où chacun va finir par s’inspirer l’un de l’autre: on peut citer Claudel-Rodin ou bien Triolet-Aragon.

L’époque récente offre tout de même de plus en plus de libertés aux femmes pour exprimer à leur tour leur désir envers les hommes, ce qui leur fait gagner une position de muses: de jeunes poétesses comme Selima Hill ou Ruth Padel  dépeignent leurs amants dans leurs œuvres et Anaïs Nin ne serait sans doute jamais devenue une telle figure de la littérature érotique si Arthur Miller ne l’avait pas autant inspirée.

La question de la muse masculine rejoint donc étroitement celle du désir envers les hommes. Les nouvelles explorations artistiques des femmes sur leurs désirs et leur corps vont sans doute guider  un renouvellement de la figure de la muse, cette fois  sous le signe de la virilité.

Salvade Castera

 

 

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Salvade Castera

Polly Nor a le diable au corps

Des filles en slip dans leurs chambres, des filles qui checkent leurs...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *